Encerclé par une centaine de personnes, il a pris le temps de saluer tous les citoyens un à un afin d’entendre leurs préoccupations et échanger avec eux.

L’acteur Tom Green manifeste contre le projet d’agrandissement du Château Laurier

Le nouveau projet d’agrandissement du Château Laurier ne fait pas l’unanimité chez les citoyens de la région de la capitale. L’acteur et humoriste ottavien Tom Green fait partie de ce lot qui dénonce de vive voix la conception de l’annexe qui sera située à l’arrière du bâtiment historique.

M. Green a invité les citoyens d’Ottawa à se joindre à lui samedi pour un pique-nique au coucher du soleil dans le parc Major’s Hill. L’objectif derrière ce rassemblement est d’encourager les Ottaviens à exprimer leur opinion au sujet du design controversé du projet d’expansion du Château Laurier.

«Cette vue du Château, depuis le parc Major’s Hill, n’existera plus. J’ai passé beaucoup de temps à cet endroit en grandissant. Je veux qu’Ottawa demeure une belle ville et qu’on protège notre patrimoine», explique M. Green

À LIRE AUSSI : L’agrandissement controversé du Château Laurier peut aller de l’avant

Regroupement national pour «sauver» le Château Laurier

Le controversé Château Laurier revient à l’agenda

Encerclé par une centaine de personnes, il a pris le temps de saluer tous les citoyens un à un afin d’entendre leurs préoccupations et échanger avec eux. Il s’est même permis quelques séances photo derrière l’emblématique bâtiment tout en encourageant les gens à partager ces photos en utilisant le mot-clic #SaveChateauLaurier (#SauvonsLeChâteauLaurier). «Tout ça a commencé par un tweet. Maintenant tout ces gens sont ici pour supporter une cause commune qui leur tient à cœur. Je les encourage a faire de même et à se faire entendre eux aussi.»

M. Green implore les conseillers municipaux d’Ottawa de se réunir et de trouver une nouvelle alternative au plan proposé par le groupe Larco Investments. «On veut leur dire qu’ils ne peuvent en aucun cas construire le projet comme il est présenté aujourd’hui. C’est aussi notre ville et on veut qu’elle demeure attrayante pour les résidents.»

La députée d’Ottawa-Vanier, Mona Fortier, et la ministre de l’Environnement et du Changement climatique, Catherine McKenna, ont elles aussi décidé de prendre part au bain de foule. Mme McKenna a notamment précisé qu’il est «beau de voir tous ces gens réunis pour cette cause. Les gens doivent parler pour dénoncer». Elle a aussi mentionné que le dossier du Château Laurier «n’est pas final».

Rappelons que la plus récente mouture du projet, la sixième présentée en deux ans et demi, avait été acceptée le mois dernier par le Comité de l’urbanisme de la Ville d’Ottawa, même si elle faisait l’objet d’un grand nombre de critiques de la part des citoyens et d’organismes comme Patrimoine Ottawa. L’organisme a d’ailleurs créé le groupe de pression national «Les Amis du Château Laurier» cherchant à mettre un frein à la construction du projet. Ces derniers sont en accord avec la construction d’une annexe, mais jugent tout de même que le format actuel est incompatible avec les attributs du Château Laurier.

En dépit d’une motion déposée par le conseiller Mathieu Fleury plus tôt ce mois-ci visant à faire révoquer le permis en matière de patrimoine accordé par la Ville à Larco Investments, le conseil municipal ottavien a approuvé le projet d’agrandissement avec une majorité de 14 contre 9.

Le projet hôtelier comprend un bâtiment de sept étages avec une cour intérieure et 147 chambres.

+

La ministre de l’Environnement et du Changement climatique, Catherine McKenna, était de passage au parc Major's Hill samedi.

PRÉVOST SALUE LA RÉPONSE DES CITOYENS

Présent au rassemblement de Tom Green au parc Major’s Hill, le président de la Société d’histoire de l’Outaouais, Michel Prévost, se réjouit de voir un tel mouvement prendre forme pour tenter de sauver le bâtiment centenaire.

«C’est intéressant de voir que ce n’est pas une manifestation traditionnelle. Les gens se réunissent en plein été pour festoyer, mais aussi pour montrer leur opposition face à ce projet. C’est beau de voir ce regroupement-là. Faire déplacer autant de gens par un samedi très chaud du mois de juillet, c’était tout un défi dont M. Green doit être très fier.»

À LIRE AUSSI : Château Laurier: «Les Gatinois auraient dû réagir plus vivement»

Il ajoute que «cette manifestation ne s’adresse pas vraiment à la Ville, mais plutôt à la Commission de la capitale nationale (CCN) et au gouvernement fédéral. Je trouve que la CCN est restée très silencieuse dans ce dossier.»

M. Prévost comprend mal comment le conseil municipal ottavien a pu accepter la proposition du groupe Larco Investments qui selon lui revenait avec «un concept qui est sensiblement le même à chaque fois. On aurait dû faire appel aux plus grands architectes pour faire un bâtiment exceptionnel. On aurait peut-être pu faire un concours international ou trouver d’autre façon de rendre l’intégration plus harmonieuse.»

M. Prévost offre comme outil de comparaison le premier agrandissement du Château Laurier dans les années 1920. «Quand on pense que Wilfrid Laurier avait applaudi la construction du Château Laurier, car il considérait que cela correspondait à l’image qu’il voulait donner à la Ville d’Ottawa. Il y a une aile qui a été complètement ajoutée dans les années 1920 et à l’époque il n’y a eu aucune contestation et les gens trouvaient que ça avait embelli le bâtiment. Aujourd’hui, je pense de Sir Wilfrid serait très déçu de voir ce projet. De nos jours, on vit dans une époque où on croirait que nous sommes beaucoup plus sensibles au patrimoine qu’en 1920, mais c’est tout à fait le contraire qui se produit.»

M. Prévost a tout de même tenu à louanger le travail du conseiller Mathieu Fleury dans ce dossier. «Il faut cependant souligner l’engagement du conseiller Mathieu Fleury qui a tout fait pour empêcher l’aboutissement de ce projet-là, mais malheureusement il a échoué. Il a très bien expliqué les enjeux, mais le conseil est resté sourd.»