Le dépotoir de Waste Management

La Ville ne veut pas du dépotoir sur le chemin Carp

L'avocat de la Ville d'Ottawa recommande que cette dernière conteste une décision du gouvernement de l'Ontario autorisant un site d'enfouissement et de recyclage des rebuts de l'ouest de la ville à accueillir des déchets de construction et de démolition du Québec.
Le ministère de l'Environnement et de l'Action en matière de changement climatique (MEACC) a récemment approuvé une modification à l'autorisation de conformité environnementale à Waste Management of Canada pour le Centre environnemental de West Carleton sur le chemin Carp. 
Ceci lui permettra de traiter des débris de construction et de démolition de l'Outaouais, de l'Abitibi-Témiscamingue et des Laurentides.
La Ville d'Ottawa est plutôt d'avis qu'il n'y avait pas lieu d'autoriser une telle modification, estimant que les sites d'enfouissement d'Ottawa devraient restreindre la provenance des déchets au territoire de la ville et au comté voisin de Lanark.
Dans une note de service au maire Jim Watson et aux membres du conseil municipal, le greffier et avocat général de la Ville d'Ottawa, Rick O'Connor, précise que pour obtenir la permission d'interjeter appel devant le Tribunal de l'environnement, « il suffit seulement qu'un examen préliminaire de la preuve montre que la décision (du ministère) est déraisonnable et qu'elle peut causer d'importants dommages à l'environnement ».
Le conseiller municipal du quartier Stittsville, Shad Qadri, s'oppose au projet de Waste Management. Il a indiqué que la Ville d'Ottawa a toujours milité pour traiter ses déchets à l'intérieur même de la municipalité.
« Nous souhaiterions que toutes les municipalités fassent pareillement », a tranché M. Qadri.
« L'autre point est que cela va augmenter la circulation des camions vers le site d'enfouissement. Et, si c'est un site de traitement, comme le propose Waste Management, nous apporterions des déchets du Québec à Ottawa pour les recycler et ensuite les envoyer ailleurs. Ça peut se faire au Québec. Pourquoi apporter ça sur le chemin Carp ? », a continué le conseiller municipal.