Déjà, en 2011, la Ville d’Ottawa faisait l’acquisition de véhicules électriques.

La ville d'Ottawa se distingue sur le plan écologique

La ville d’Ottawa s’est distinguée sur le plan écologique en 2019 selon le classement annuel de la Ligue nationale du climat. La capitale fédérale s’est affichée comme un chef de file à l’échelle nationale au niveau de ses dépenses en carburant et de la sécurité de ses routes.

Le classement 2019 de la Ligue nationale du climat, publié par l’organisme Réalité climatique Canada, révèle les progrès de 82 villes canadiennes dans leurs efforts vers la carboneutralité et l’atteinte de l’objectif national de zéro émission nette d’ici 2050.

Ottawa se situe parmi les sept municipalités qui se sont distinguées en 2019 sur la scène nationale. Outre la capitale, les villes de Montréal, d’Halifax, de Vancouver, de Victoria, de Calgary et de Kingston, ont aussi été lauréats de distinctions remises par la Ligue.

À Ottawa, les dépenses en carburant liées à l’utilisation de véhicules privés sont plus faibles que celles d’autres villes de la même taille. « L’idée derrière ça est de fournir des alternatives aux citoyens. Peu importe le prix à la pompe, les citoyens vont payer moins en fin de compte, parce qu’ils ont des choix. Ils vont trouver des moyens de se déplacer qui sont plus avantageux pour eux financièrement, dont le transport en commun et le transport actif », explique Matthew Chapman, coordonnateur national de campagnes pour Réalité climatique Canada.

Rappelons qu’en décembre dernier, la Ville d’Ottawa a approuvé le Plan directeur pour la lutte contre les changements climatiques, préparé par des fonctionnaires municipaux. Ce plan prévoit des réductions d’émissions de gaz à effet de serre de 100 % d’ici 2040. Parmi les mesures que l’on retrouve dans ce plan, l’abandon des combustibles fossiles vers une économie à faible émission de carbone et le passage au transport électrique sont au cœur des changements visés par la Ville.

Toujours en décembre dernier, la Ville a approuvé un nouveau Plan de sécurité routière qui a pour objectif de réduire de 20 % le nombre d’accidents graves sur les quatre prochaines années. Seuls 5,8 accidents graves ou mortels chez les piétons et les cyclistes par tranche de 100 000 habitants ont été répertoriés sur le territoire ottavien en 2019. Cela représente le plus faible total parmi les grandes villes canadiennes.

« Ça s’inscrit dans la vision de protéger les piétons et les cyclistes. La Ville a abaissé la vitesse dans certaines rues et a mis en place des opportunités sécuritaires aux cyclistes », précise M. Chapman. « Ce plan cherche entre autres à modifier la culture de l’utilisation de la route. Ce plan-là permet aux automobilistes d’avoir une meilleure conscience du partage de la route et aussi d’inciter plus de gens à utiliser des alternatives en matière de transport ».