Hôtel de ville d'Ottawa

La Ville d'Ottawa compte devenir plus transparente

À l'instar d'autres grandes villes canadiennes et américaines, la Ville d'Ottawa veut devenir plus transparente en rendant ses données « libres et accessibles » aux résidents.
En adoptant une pratique « d'accès libre aux données » ou Open data en anglais, la Ville rendrait ses informations accessibles au public, c'est-à-dire sans restriction de droit d'auteur, brevet ou autre mécanisme de contrôle comme c'est actuellement le cas.
Le personnel de la Ville a présenté un rapport sur la question, hier, au sous-comité municipal de la technologie de l'information, suggérant d'imiter d'autres municipalités dont Toronto, Vancouver, Edmonton, Washington D.C., San Francisco et New York qui ont déjà mis en place une politique d'accès libre aux données.
Améliorer les services
Cette initiative permettrait selon les fonctionnaires municipaux d'améliorer les services aux résidents, de rendre la municipalité plus transparente, de promouvoir le développement économique et de permettre aux nouvelles technologies de regrouper plus facilement les données.
Le jeune concepteur de logiciel d'Ottawa, Edward Ocampo-Gooding, fait valoir que l'accès aux données permettrait de créer un site où convergerait l'information pour aider, par exemple, les résidents à mieux utiliser le transport en commun de Gatineau et d'Ottawa ou encore de permettre aux résidents de prendre connaissance en un seul clic des critiques gastronomiques et des inspections municipales faites dans les restaurants.
Gratuité
Le conseiller municipal Steve Desroches approuve l'idée de rendre les données de la Ville accessibles au public, mais se questionne à savoir si elles devraient entièrement être offertes gratuitement.
« On doit trouver des moyens pour s'assurer que l'information soit disponible pour des compagnies, dit-il. C'est une question de rendre l'information accessible à nos partenaires pour la rendre disponible au public ou aux touristes qui visitent Ottawa. »
Selon Tracey Lauriault, du groupe de citoyens AccèsCivique.ca, les données doivent être gratuites.
« On parle de données libres, c'est-à-dire qu'on a déjà payées avec nos impôts et qui sont publiques. On devrait pouvoir y accéder, car c'est notre information. Actuellement, par exemple, lorsqu'il y a une étude sur l'environnement, c'est très difficile pour les citoyens d'avoir accès aux informations dont disposent ceux qui travaillent dans la fonction publique. »
Un rapport sur la question de l'accès aux données sera présenté au mois d'avril au comité des services organisationnels et du développement économique de la Ville.