Jim Watson

La rivière des Outaouais au coeur des discussions

Le jour de la grande rencontre est arrivé. Le maire d'Ottawa, Jim Watson, doit discuter aujourd'hui des grands enjeux de la région avec son homologue de la rive gatinoise, Maxime Pedneaud-Jobin, pour une première fois depuis l'élection du chef d'Action Gatineau en novembre dernier.
Fidèle à ses habitudes, le maire Watson prend bien soin de ne pas dévoiler son jeu avant la discussion au sommet.
« La première rencontre officielle est exploratoire », a fait savoir son attaché de presse Ryan Kennery.
« Par respect pour le maire de Gatineau, nous n'allons pas divulguer le contenu de la rencontre avant qu'elle n'ait lieu », a-t-il ajouté.
Il est d'ores et déjà connu que l'assainissement de la rivière des Outaouais figure au premier échelon de la liste de priorité du maire Watson. Il en parle déjà depuis quelques semaines. « La pollution ne respecte pas les frontières », rappelle-t-il.
Le premier magistrat cherche à déterminer le plan de Gatineau pour éviter les déversements massifs d'eaux usées dans la rivière des Outaouais. À Ottawa, la Ville travaille depuis quelques années à leur réduction. La mise en oeuvre de 17 projets a déjà réussi à diminuer de 70 % les débordements.
« Il est important que Gatineau ait un plan d'action en parallèle. Cela dit, je ne connais pas l'état de la pollution comparativement au nôtre », notait le maire Watson après son allocution sur l'état de la ville la semaine dernière.
Le principal intéressé soutient que le travail accompli dans sa municipalité n'est pas perdu.
« Le problème est surtout situé de notre côté, le long des plages. Et nos efforts ont déjà été récompensés. Les plages ont été ouvertes 90 % du temps l'été dernier. Il y a deux ans, les drapeaux verts n'ont été levés que 60 % du temps », évoque-t-il.
Train léger et Rapibus
Le transport en commun s'avère un autre dossier qui sera à l'ordre du jour. L'objectif premier est de mieux intégrer les divers services des municipalités, notamment avec l'arrivée du Rapibus à Gatineau et éventuellement du train léger dans la capitale nationale.
La mise sur pied « du plus grand projet d'infrastructure de l'histoire d'Ottawa » vise notamment à désengorger le centre-ville d'autobus, tant ceux d'OC Transpo et de la STO. Idéalement, les élus ottaviens aimeraient que les citoyens gatinois utilisent le train léger au centre-ville.
Les deux maires doivent donner un point de presse à 15 h 30 aujourd'hui pour faire part de leurs discussions.