Une enquête de la police d’Ottawa a conclu qu’en 2015, l’utilisation des pistolets électriques avait augmenté de 84% sur le terrain.

La police d’Ottawa se dote de 400 nouveaux pistolets électriques

La Commission des services policiers d’Ottawa a approuvé, lundi, l’achat de 400 nouveaux pistolets à impulsion électrique pour la somme de 1,178 million $.

Ce nombre s’ajoute donc aux 450 pistolets de type Taser que possède déjà la police d’Ottawa. Les services policiers d’Ottawa comptent donc équiper chacun de leurs 1400 agents de ce type d’arme en trois ans.

Une enquête de la police d’Ottawa a conclu qu’en 2015, l’utilisation des pistolets électriques avait augmenté de 84% sur le terrain. Parallèlement à cela, les policiers avaient moins souvent dégainé leur arme à feu (soit une diminution de 29%) et avaient aussi moins souvent tiré (diminution de 39%).

Une curieuse substance mauve
La police d’Ottawa a reçu de Santé Canada, lundi, des résultats de tests de laboratoire qui confirment que la curieuse pâte mauve retrouvée dans un appartement de Vanier, début mai, contenait du fentanyl et de l’héroïne; une mixture grandement dangereuse pour ses consommateurs.

La police avait également retrouvé, lors de ce raid, de la cocaïne, du crack et du cannabis.

Une expérience décevante
Trois bénévoles ayant siégé au sein du Groupe consultatif communautaire du Service de police d’Ottawa sont venus raconter avec amertume à la Commission de police et au chef de police, Charles Bordeleau, leur expérience décevante.

Cette consultation publique de 16 mois, qui s’est étendue de 2016 à avril dernier, voulait voir naître une nouvelle collaboration entre la police et la communauté. Thierry Harris, Lucie Marleau et Cheryl Parrott, respectivement de la Basse-Ville, de Vanier et d’Hintonburg, se sont plutôt butés à un exercice souvent stérile, complexe et d’une efficacité douteuse.

Le chef Bordeleau a promis une écoute adéquate: «On prend leurs commentaires à coeur. On va continuer de travailler avec eux pour s’assurer que les services qu’on offre à la communauté répondent à leur besoin.»