Charles Bordeleau, chef de police d'Ottawa

La police d'Ottawa demande 18millions$ de plus

Le Service de police d’Ottawa (SPO) estime avoir besoin de 18 millions de dollars de plus pour son budget de 2019, ce qui représente une hausse de 5,1%. Toutefois, les forces de l’ordre sont parvenues à trouver d’autres moyens de financer leurs besoins afin de ne pas dépasser la cible de 3%.

Parmi les mesures prises afin d’alléger les demandes, trois différentes sources de revenus ont été trouvées, soit 500 000 $ provenant des revenus des appareils de surveillance aux feux rouges, 4,8 M$ de la stabilisation fiscale ainsi qu’une subvention de 500 000 $.

Le maire Jim Watson demande au service de police de trouver des économies supplémentaires de l’ordre de 2,4 M$, rappelant qu’il y a des doublons.

« C’est important pour notre personnel et le personnel de la police de trouver des capacités de rendement entre les services d’administration comme les ressources humaines, les technologies de l’information. Par exemple, on a des bureaux de ressources humaines et de finances à la Ville et à la police », explique le maire.

Le budget préliminaire prévoit des fonds pour permettre à SPO d’aborder des enjeux comme la police communautaire, l’application des règlements de la circulation, la violence contre les femmes et la répression de la violence armée.

Le déploiement continu des armes à impulsion, le financement du programme d’équité, de diversité et d’inclusion, la crise des opioïdes, le recrutement et un nouveau système de radiocommunication figurent parmi les priorités.

En tout, 30 agents doivent se joindre au service en 2019 et un plan d’embauche de 120 policiers entre 2019 et 2022 doit être mis en place.

« Ce budget permet au Service de police de continuer à offrir aux résidents les services qu’ils attendent et dont ils ont besoin. Il nous assure la capacité d’aborder les tendances du crime de quartier et du désordre social, et celle d’être fin prêts, sur le plan opérationnel, à intervenir lors de situations et événements d’urgence », confie le chef Charles Bordeleau.

Les Ottaviens auront la chance de partager leur opinion sur le budget proposé par le SPO lors de deux réunions le 20 février et le 25 février.