La facture totale du projet a gonflé de 1,2 milliard de dollars pour passer à 4,7 milliards.

La phase 2 du train léger va de l'avant

La phase 2 du train léger sur rail a obtenu le feu vert du conseil municipal d’Ottawa mercredi. Les élus ont voté à 19 contre 3 afin d’accorder les contrats totalisant près de 4,7 milliards de dollars après de longues discussions et des débats qui ont duré près de cinq heures.

La conseillère Diane Deans, qui a voté contre, a tenu à préciser que sa décision est fondée sur son manque de confiance dans le processus. Rick Chiarelli et Shawn Menard n’ont pas appuyé le projet aussi.

« Quand on accorde un contrat de 4,7 milliards $, il faut être sûr de ce qui en est, a déclaré la conseillère de Gloucester-Nepean-Sud. J’ai l’impression que je n’ai pas le choix de voter contre ce projet. Ce n’est pas parce que je n’appuie pas le train léger, je l’appuie à 100 %, mais je ne vois pas comment on peut proposer ça étant donné ce qu’on a entendu. »

Cette dernière n’a pas pu obtenir de réponse claire concernant le score obtenu par les promoteurs lors du processus. Elle voulait savoir si SNC-Lavalin avait pu éviter d’obtenir le score minimal de 70 % pour se qualifier pour le contrat qui prévoit le prolongement de la Ligne Trillium. Ses collèges Catherine McKenney et Rick Chiarelli sont venus à sa rescousse en posant des questions similaires, mais la réponse est demeurée la même.

À LIRE AUSSI: «On a un fusil sur la tempe»

>>> La phase 2 du train léger coûtera 1,2 milliard$ de plus

L’avocat de la Ville a indiqué qu’il ne pouvait pas révéler si un soumissionnaire a pu éviter de respecter le seuil technique de 70 %. 

« Je ne peux pas partager les scores des offres, mais je peux dire que les trois promoteurs ont tous été évalués à la lumière des exigences techniques », a ajouté Geoffrey Filbert, l’avocat de Norton Rose Fulbright.

De son côté, la conseillère Jan Harder a rappelé à ses collègues qu’ils devaient faire confiance aux fonctionnaires municipaux qui ont élaboré le plan de la phase 2 et recommandé des promoteurs pour la construction.

Le maire Jim Watson, se range derrière la conseillère de Barrhaven et affirme avoir confiance en l’équipe.

« C’est vraiment une décision importante et les décisions importantes sont les décisions difficiles. La grande moitié du conseil a appuyé le projet », a-t-il ajouté au terme de la réunion.

Le consortium Connecteurs Est-Ouest prendra en charge le prolongement de la Ligne de la Confédération qui s’étendra jusqu’au chemin Trim à l’est et à la promenade Moodie à l’ouest.

Le contrat pour allonger la Ligne Trillium vers Riverside-Sud et l’aéroport est remis à TransitNext,  dirigé par SNC-Lavalin.

La facture totale du projet a gonflé de 1,2 milliard de dollars pour passer à 4,7 milliards. 

La construction prendra jusqu’à deux ans de plus que prévu. La Ligne Trillium sera opérationnelle en 2022, le prolongement vers l’est de la Ligne de la Confédération doit être complété en 2024 tandis que les travaux vers l’ouest seront terminés en 2025. Une fois complétée, la municipalité estime que 77 % des résidents habiteront à cinq kilomètres ou moins des rails. Les deux lignes compteront 64 km de rails, 41 stations, 85 véhicules et trois centres d’entretien et d’entreposage. 

La Ville attend toujours la part de la province pour financer la phase 2. Comme l’a indiqué le maire à plusieurs reprises, l’annonce du premier ministre Doug Ford serait imminente.

« Je ne sais pas la date spécifique, mais certainement avant la fin mars », a-t-il indiqué.

La première pelletée de terre doit avoir lieu plus tard cette année.