Le projet de refuge de l’Armée du Salut dans le secteur de Vanier continue de soulever les passions. Le groupe SOS Vanier et le conseiller Mathieu Fleury veulent modifier le règlement municipal à ce sujet.

La modification d’un règlement exigée

Un règlement élaboré par l’administration municipale en lien avec le controversé projet de refuge de l’Armée du Salut sur le chemin de Montréal devra être modifié afin de ne laisser place à aucune interprétation, plaident à la fois le groupe SOS Vanier et l’élu Mathieu Fleury.

Il y a deux mois, lorsqu’une majorité d’élus ont donné leur feu vert pour le changement de zonage nécessaire à l’éventuelle construction du complexe multifonctionnel, le conseil s’était entendu sur le fait que l’organisme ne pourrait exiger un autre changement de zonage pour un agrandissement sans d’abord s’adresser au conseil municipal.

Or, la version du règlement que les fonctionnaires ont présenté mardi au comité de l’urbanisme ne faisait allusion qu’à la superficie maximale (801 mètres carrés) que doit occuper la section du refuge au sein de l’immeuble. Nulle part on n’y fait mention du nombre maximal de lits (140) qui a été fixé par l’Armée du Salut.

« Je vais trouver un mécanisme pour m’assurer que tout le monde parle le même langage. Il faut limiter à 140 le nombre de lits, dans un espace donné. Et ce sera le seul usage permis. C’est bizarre que ça n’avait pas été reflété dans la documentation officielle. Ce sont des détails techniques, mais qui sont d’une grande importance », explique M. Fleury.

L’élu d’Ottawa-Vanier compte bien faire corriger cette erreur lors de la prochaine séance du conseil municipal, prévue le 31 janvier. Il souhaite obtenir l’appui des trois quarts de ses collègues pour modifier la motion.

Rappelons que les opposants au projet de déménagement de l’Armée du Salut à Vanier porteront leur cause devant la Commission des affaires municipales de l’Ontario. L’ombudsman de l’Ontario a aussi été interpellé dans cette affaire.