La presse a pu rencontrer Kumo l'araignée devant le Musée de l'aviation et de l'espace, mercredi.

La Machine en musique

Pour ajouter à l'effet théâtral, les deux machines seront accompagnées de leur propre orchestre électrifié : sur des plateformes surélevées, une douzaine de musiciens interpréteront la trame sonore d'un parcours à découvrir. Rencontres croisées avec la harpiste anglaise Rachael Gladwin et le clarinettiste d'Ottawa Gabriel Bouchard.
Venue au Canada en compagnie de son conjoint et de son jeune fils, la musicienne Rachael Gladwin accompagne le spectacle de sa harpe électrifiée. « La partition est très cinématographique, explique-t-elle, elle laisse beaucoup de place à l'improvisation. » Composée par Mino Malan sur commande de la compagnie, la musique contribue à « maximiser l'impact des scènes, » explique la musicienne membre de la compagnie.
Il faut 16 techniciens pour manipuler les manettes donnant vie aux machines.
« La musique reste au service de l'histoire et soutient l'action », complète le musicien Gabriel Bouchard, recrue locale parmi quatre autres instrumentistes auditionnés dans la région. Le clarinettiste partagera son plateau mobile avec un tromboniste, un trompettiste et un batteur. « Aujourd'hui, nous essayons la plateforme et testons les microphones ainsi que la balance des sons, » explique-t-il. Une vingtaine d'heures de répétitions seront nécessaires avant la grande invasion, le 27 juillet. 
Le musicien n'a encore jamais joué à quatre mètres du sol, sur une mini-scène en constant déplacement. « Le plus difficile à gérer, ce sont les arrêts et les redémarrages, mais on s'habitue rapidement, paraît-il... »