La densification autour du train léger est plus facile à dire qu’à faire.
La densification autour du train léger est plus facile à dire qu’à faire.

La densification autour du train léger d'Ottawa dérange

Julien Paquette
Julien Paquette
Le Droit
La densification autour du train léger est plus facile à dire qu’à faire. Deux projets étudiés par le Comité de l’urbanisme de la Ville d’Ottawa cette semaine ont fait l’objet d’une vive opposition du voisinage.

Des membres de l’Association communautaire de Crystal Beach Lakeview sont d’abord venus signifier leur opposition à un projet de tours de 27 et de 30 étages situé juste à côté du centre commercial Bayshore. Ils déplorent notamment la pollution visuelle et l’impact sur la circulation que causerait la construction de ces bâtiments résidentiels en hauteur.

Un projet de la firme Novatech dans le secteur de la rue Byron entre les rues Churchill et Highcroft est sur la planche à dessin.

« Au final, c’est plutôt simple : les gens n’aiment pas les tours. Je n’en raffole pas moi non plus, même si on considère qu’elles seraient intégrées à une station du train léger. Tout le monde se dit en faveur de la densification, ceci en est une forme », affirme la conseillère du quartier Baie — où le projet immobilier serait construit —, Theresa Kavanagh.

L’autre projet, situé dans le quartier Westboro, est d’une taille plus modérée. La firme Novatech a acquis les propriétés situées devant la place Byron — sur la rue du même nom — et souhaite y construire un immeuble de 70 logements et deux locaux commerciaux avec une façade sur les rues Byron, Churchill Nord et Highcroft.

Le terrain vague situé à coté du 100 Bayshore. Photo : Simon Séguin-Bertrand, LeDroit

Les résidents de la rue Highcroft menaçait de se tourner vers le Tribunal d’appel de l’aménagement local (TAAL) si le Comité de l’urbanisme — et le conseil municipal, subséquemment — approuvait le projet déposé par Novatech puisqu’ils jugeaient que le bâtiment ne s’intégrerait pas bien au voisinage.

Le conseiller du quartier Kitchissippi, Jeff Leiper, a proposé un compromis qui comprend le recul du début du quatrième étage sur la façade du bâtiment qui donne sur la rue Highcroft. La coalition de résidents de cette artère a indiqué que cette proposition fait en sorte qu’ils ne se tourneront pas vers le TAAL.

Le terrain vague à coté du 100, promenade Bayshore, à Ottawa

« Ce compromis fait en sorte que du point de vue de la rue Highcroft, l’édifice semble n’avoir que trois étages, a lancé M. Leiper durant la réunion du Comité. Alors qu’on se rapproche de l’adoption de notre nouveau Plan officiel, nous avons dit à nos résidents que de la densification s’en vient un peu partout. La promesse que nous avons faite aux résidents, c’est que nous allions être plus sensibles au contexte du voisinage. »

Plan officiel

Les débats entourant ces deux projets sont partiellement dus au fait que le zonage dans plusieurs quartiers d’Ottawa est désuet, estiment les conseillers Leiper et Kavanagh.

« Le zonage actuel pour le 100, promenade Bayshore permet au maximum 12 étages. Nous sommes sur le point de changer ça avec le Plan officiel qui s’en vient », soutient Theresa Kavanagh.

Le projet d'immeuble de 70 logements et deux locaux commerciaux sur la rue Byron, à Ottawa

Jeff Leiper souligne de son côté que ce Plan identifiera les artères majeures où les édifices en hauteur seront permis et les quartiers résidentiels où les grands projets de développements seront proscrits. « En ce moment, le zonage ne permet pas le type de densification que nous envisageons près du transport en commun, explique M. Leiper. Le zonage dans la majorité de Kitchissippi date des années 60, lorsque nous construisions encore des banlieues centrées sur la circulation automobile. »

« Je ne m’attends pas à ce que l’opposition aux projets de densification cesse complètement, ajoute le conseiller de Kitchissippi. Au moins, avec le nouveau Plan officiel, les gens vont savoir à quoi s’attendre pour leur quartier. »