Le Projet d'inventaire patrimonial de la Ville d'Ottawa, qui permet de répertorier toutes les propriétés ayant une valeur sur le plan du patrimoine culturel, est loin de faire l'unanimité.

Inventaire patrimonial: un registre qui fait jaser

Le Projet d'inventaire patrimonial de la Ville d'Ottawa, qui permet de répertorier toutes les propriétés ayant une valeur sur le plan du patrimoine culturel, est loin de faire l'unanimité. À preuve, propriétaires de maisons et historiens sont venus exposer des visions diamétralement opposées aux élus mardi.
Après avoir suggéré au printemps dernier l'ajout de 237 propriétés de la Basse-Ville et de la Côte-de-Sable à ce registre qui comprend quelque 14 000 bâtiments et que l'on souhaite mettre à jour, l'administration municipale recommande maintenant que 358 propriétés situées dans les quartiers du Vieux Ottawa-Est et du Vieux Ottawa-Sud s'ajoutent à la liste. 
Robert Lee, propriétaire d'une maison sur la rue Concord Nord, refuse catégoriquement que sa propriété soit incluse dans le registre municipal, estimant que le tout est néfaste pour les propriétaires, en plus d'avoir un impact négatif sur une éventuelle transaction immobilière.
« Ça va limiter le marché de la revente. C'est évident que plusieurs ne feront pas d'offre sur une propriété qui se retrouve sur une telle liste, il y aura un nombre limité d'acheteurs potentiels », a-t-il lancé lors de la réunion du comité d'urbanisme.
L'historien et ex-président de la Société pour l'étude de l'architecture au Canada, Peter Coffman, croit au contraire que cette initiative de la capitale fédérale doit être saluée.
« Je veux le souligner fermement, il s'agit d'une bonne nouvelle. Ce sera une compilation de faits historiques au sujet de chaque propriété, qui pourra servir dans le futur, par exemple lorsqu'on attribue une désignation. Les gens ont peur de l'incidence que ça aura sur la valeur de leur maison, mais c'est un raisonnement hypothétique. Je pense que l'on comprend mal le registre et les limitations qui y sont associées », a-t-il dit. 
En établissant un registre complet et à jour des biens à valeur ou à caractère patrimonial, la Ville dit souhaiter préciser la situation patrimoniale de certains biens pour les propriétaires, les associations communautaires et les promoteurs, en plus de mieux faire connaître le riche patrimoine culturel d'Ottawa. Les propriétaires des édifices inscrits dans le registre doivent donner à la Ville un préavis de 60 jours avant de procéder à des travaux de démolition, mais ils sont cependant toujours libres de modifier ces édifices. Au cours de la dernière décennie, de 250 à 400 permis de démolition par an ont été remis par la Ville d'Ottawa.