L’origine de la panne qui a causé d’importants retards sur la ligne du train léger à Ottawa, mardi, serait le bris d’une porte.

Importants retards pour le train léger d'Ottawa en raison d'un bris de portes

Le bris d’une porte a été à l’origine d’importants retards sur l’O-Train mardi matin, confirme le directeur général d’OC Transpo, John Manconi.

Ce dernier explique que le mécanisme de sécurité de la porte s’est enclenché à 8h05 lorsqu’un passager a tenté de débarquer à la station uOttawa alors que la porte s’apprêtait à se refermer. Pour la sécurité des passagers, un train léger est automatiquement arrêté tant et aussi longtemps qu’une porte reste ouverte, soutient M. Manconi.

Les techniciens et opérateurs de l’O-Train ont tenté de refermer la porte rapidement, mais un bris — probablement mécanique, selon John Manconi — a compliqué leur tâche.

OC Transpo a dû vider le train problématique et opérer le système sur une seule voie entre les stations Hurdman et uOttawa, ce qui a plus que doublé les délais entre le passage de chaque train aux différentes stations de l’O-Train.

«Le système n’a jamais été interrompu», insiste le grand patron d’OC Transpo qui concède toutefois que le bris a engendré des «retards significatifs» pour les usagers, particulièrement ceux qui sont arrivés à leur station d’embarquement après que le bris se soit produit.

À LIRE AUSSI: Les libéraux font un pas de plus vers le financement du train léger de Gatineau

D’importantes foules se sont massées dans l’ensemble des stations alors que les trains passaient toutes les 15 à 20 minutes, plutôt qu’à toutes les 8 minutes. Lorsque la circulation régulière a pu reprendre, à 9h15, il a fallu une quinzaine de minutes pour embarquer l’ensemble des passagers de l’heure de pointe matinale et vider les plateformes.

«Si ça s’était produit 40 minutes plus tard, on ne l’aurait même pas remarqué. On n’en parlerait pas», affirme M. Manconi.

Analyses nécessaires

John Manconi affirme que des experts se penchent sur les causes du bris de la porte ce matin. En plus de ces analyses, il réitère que des données sont colligées pour déterminer si des ajustements au système sont nécessaires pour éviter qu’une telle situation se produise de nouveau.

Les chiffres colligés pourraient mener OC Transpo à laisser les portes des wagons ouvertes quelques secondes supplémentaires à certaines stations pour laisser le temps à tout le monde de descendre.

Malgré les importants retards mardi matin et les nombreuses critiques à l’endroit du nouveau réseau d’autobus intégré à la Ligne de la Confédération lundi matin, le directeur général d’OC Transpo demeure confiant que le train léger permettra d’augmenter le nombre d’usagers du transport en commun dans la capitale fédérale.

«Pendant les trois premières semaines de l’O-Train, nous avons reçu des milliers de commentaires positifs. Nous recevons les critiques constructives et nous agissons sur la station Tunney’s Pasture, par exemple, où nous avons élargi les plateformes, rappelle M. Manconi. C’est la deuxième journée de la charge complète sur le train léger, sans service d’autobus parallèle. La confiance va se bâtir avec le temps.»