Jan Harder et Jim Watson

Imaginer l’Ottawa de demain

Ottawa a l’ambition de devenir la ville en taille moyenne où il fait le mieux vivre en Amérique du Nord et pour y parvenir les élus ont commencé le processus d’examen du Plan officiel qui doit donner un horizon pour les 25 prochaines années.

Le plan actuel remonte à 2003 et les besoins de la municipalité ont évolué depuis. L’administration souhaite se doter d’une nouvelle politique qui répondra aux besoins futurs. Le nouveau document doit être prêt en 2021 et proposer une vision pour la ville jusqu’en 2046.

La municipalité demandera à la province l’autorisation de planifier sur un horizon de 25 ans plutôt que 20 ans comme le prévoit la réglementation.

« Au bout du compte, on construit la ville pour la prochaine génération et celle qui suivra, explique John Smit, directeur du développement économique et de la planification à long terme à la ville d’Ottawa. On est rendu à un moment où il faut regarder où on veut se positionner. »

Pour tracer le futur de la capitale, la ville doit penser en dehors de la boîte et repousser ses limites, estime Joe Berridge, associé chez Urban Strategies, un cabinet de conseil en planification urbaine basé à Toronto.

« Ottawa marche bien, mais maintenant ça ne suffit pas. Il faut que ça marche très très bien parce qu’il y a beaucoup de compétition entre les villes même au Canada. Essayer d’attirer les jeunes et les nouveaux arrivants pour leur talent et leur créativité. Ils veulent demeurer n’importe où, mais il faut les attirer ici », explique-t-il.

Selon lui, le plus gros défi est l’immigration. Ottawa doit tirer son épingle du jeu et accueillir plus de nouveaux arrivants. Il soutient que toutes les villes qui connaissent du succès ont plus du tiers de leur population qui est né à l’étranger.

« Ça laisse entendre que vous n’êtes pas attirant pour les nouveaux talents de partout sur la planète qui sont essentiellement ceux qui vont bâtir votre nouvelle ville », ajoute M. Berridge.

D’après lui, la ville doit se voir comme une méga région qui inclut Toronto et Montréal afin de tirer profit de leurs succès.

Le rapport « L’Ottawa de demain, après 2036 » jette les bases d’une discussion qui se poursuivre au cours des prochaines années afin de développer la ville au niveau économique, culturel, social, communautaire, environnemental et éducatif. Le Plan comprendra la réglementation pour l’utilisation des espaces, mais aussi les grandes lignes pour les projets d’infrastructure et pour les nouvelles collectivités qui verront le jour. Le document a pour objectif de gérer la façon dont la ville s’adaptera à la croissance et aux changements aux quatre coins de la ville.

Ottawa est trois fois plus grande que ce qui avait été projeté lors de la création du premier Plan officiel dans les années 1950. La croissance de la capitale doit atteindre la barre du million d’habitants cet été.

Des consultations publiques auront lieu au cours des mois à venir afin d’entendre les idées des résidents.

« Je veux que les gens se réveillent ! Je veux que les gens mobilisent ! » a déclaré la présidente du Comité d’urbanisme, Jan Harder, au terme de la présentation jeudi.

Un plan final doit être présenté en 2021.