La facture d'eau risque d'augmenter à Ottawa.
La facture d'eau risque d'augmenter à Ottawa.

Hausse à prévoir de la facture d’eau à Ottawa

Julien Paquette
Julien Paquette
Le Droit
La facture d’eau et de collecte des déchets des résidents d’Ottawa devrait augmenter légèrement en 2021.

Le Comité permanent de la protection de l’environnement, de l’eau et de la gestion des déchets a adopté son budget 2021, mardi.

Si le conseil municipal adopte le budget provisoire 2021 de la Ville d’Ottawa en décembre, la facture moyenne pour l’utilisation d’eau passera de 820$ en 2020 à 857$ pour le secteur urbain, puis de 70 à 77$ pour les résidences du secteur rural non raccordées au système d’aqueduc.

Les ménages qui bénéficient de la collecte des déchets en bordure de rue paieraient quant à eux 10$ de plus qu’en 2020 pour ce service, soit 106$ pour l’année.

Après l’adoption par le conseil municipal cette année du Plan directeur sur les changements climatiques — qui prévoit l’élimination des émissions de gaz à effet de serre de la Ville d’ici 2040 —, des représentants de groupes écologistes se sont adressés au Comité mardi pour exprimer leur déception face à son budget 2021.

«Nous sommes dans une bien meilleure position que nous l’étions il y a deux ou trois ans, se défend le président du Comité, Scott Moffatt. Je sais que nous ne sommes pas au niveau que certains aimeraient nous voir, mais nous y arrivons.»

Le directeur du Service des infrastructures de la Ville, Alain Gonthier, a pour sa part rappelé que l’atteinte des cibles du Plan directeur passe par un effort de l’ensemble des services de la municipalité.

Le nouveau règlement de la Ville d’Ottawa sur la protection des arbres a également été mis à jour par le Comité de la protection de l’environnement mardi.

À compter du 1er janvier prochain, un permis sera nécessaire à Ottawa pour couper un arbre dont le diamètre minimal est de 30 centimètres.

Ce règlement entrera en vigueur le 1er janvier prochain et réduit la taille minimale d’un arbre pour lequel il faut obtenir un permis afin de l’abattre dans la zone urbaine. Le diamètre minimal passe de 50 à 30 centimètres.

«Pour ceux qui font du développement d’aménagements intercalaires, nous exigeons maintenant beaucoup plus d’informations détaillées dans leurs demandes de permis de construction pour que nous puissions comprendre quel développement est prévu et comment ça pourrait avoir un impact sur le couvert forestier», explique Martha Copestake, employée du Service de la planification, de l’infrastructure et du développement économique de la municipalité.