Le conseiller sortant Mathieu Fleury doit faire face à la publication d’une série de courriels concernant l’arrivée de l’Armée du Salut dans son quartier.

Guerre ouverte dans Rideau-Vanier

Un partisan et proche du candidat Thierry Harris part en guerre ouverte contre le conseiller sortant du quartier Rideau-Vanier Mathieu Fleury.

Philippe Denault a fait parvenir aux médias une copie d’échange de courriels entre M. Fleury et le directeur exécutif de l’Armée du Salut, Marc Provost.

« À partir de septembre 2016, Mathieu Fleury savait que l’Armée du Salut avait acheté le motel Concorde et n’a rien fait jusqu’au dépôt de la demande pour forcer l’Armée du Salut à consulter la communauté. Pendant neuf mois il n’a rien fait pour informer ou consulter la population », soutient M. Denault, qui s’oppose à la construction d’un méga refuge de l’Armée du Salut sur le chemin Montréal.

Le citoyen de Vanier supporte le candidat Harris au poste de conseiller pour son quartier. Il affirme être bénévole pour sa campagne, mais ne pas être « impliqué dans son organisation ».

Dans un courriel envoyé au conseiller Mathieu Fleury le 12 septembre 2016, M. Provost écrit : « Je voulais te laisser savoir que notre offre conditionnelle a été acceptée et signée avec le 31 janvier 2018 comme date de fermeture pour relever les conditions. Je tiens à cœur de t’inclure et te consulter tout au long et compte être en communication avec toi plusieurs fois avant qu’il n’y ait quelque annonce publique que ce soit ».

Un échange de courriels entre le conseiller de Rideau-Vanier, Mathieu Fleury, et le directeur exécutif de l’Armée du Salut, Marc Provost, qui remonte à septembre 2016.

M. Denault soutient avoir reçu le document directement du directeur de campagne de Thierry Harris après que ce dernier ait fait une demande d’accès à l’information.

De son côté, Mathieu Fleury insiste sur l’importance de prendre en considération le contexte entourant la réception de ce message.

« Je suis le conseiller du marché By, de la Basse-Ville, de Vanier. La raison pour laquelle l’Armée du Salut m’a contacté à ce moment-là c’est à cause des enjeux opérationnels de sécurité pour les clients, les employés et la communauté, précise M. Fleury. On leur a demandé depuis 2012 de changer de modèle et d’investir dans notre communauté. Marc Provost ne parle pas d’emplacement ou de modèle. Il m’informe. C’est là où, en lisant le courriel, quelqu’un qui n’a pas le contexte peut dire que je le savais depuis ce temps-là. »

Au moment de la réception du courriel, le conseiller sortant confie qu’il ne savait pas que M. Provost faisait référence au motel Concorde sur le chemin Montréal.

« J’entends des rumeurs tous les jours. Tu ne fais pas de la politique publique et tu n’engages pas la communauté sur des rumeurs. Le moment où tout est devenu réel, c’est quand l’Armée du Salut a annoncé publiquement son projet. C’est là que je suis sorti publiquement en opposition », explique M. Fleury qui insiste pour rappeler qu’il s’oppose au projet de construction d’un refuge de 350 lits sur le chemin Montréal dans le quartier Vanier.

« Tactique de campagne » 

Mathieu Fleury voit dans la sortie de Philippe Denault une tactique de campagne pour favoriser le candidat Thierry Harris.

« Il essaie de créer un momentum pour mon opposant. On est à 18 jours du vote. Ils n’ont pas de ‘momentum’. Quelqu’un qui sort une info comme ça sur un dossier aussi épineux, c’est sûr que ça va amener l’attention médiatique », déplore M. Fleury.

Pour sa part, Philippe Denault affirme ne pas s’en prendre à l’individu en tant que tel, mais à l’homme politique.

« J’ai quelque chose contre lui comme politicien. Je demande de l’intégrité, c’est tout. Je ne pense pas qu’il mérite de se faire réélire après avoir menti dans un dossier aussi important », affirme le résident de Vanier.