Le maire d'Ottawa Jim Watson estime que plus de policiers doivent suivre une formation pour détecter les automobilistes qui sont sous l’effet du cannabis.

Former plus « d’experts en reconnaissance de drogue »

La Ville d’Ottawa a encore du pain sur la planche en vue de la légalisation de la marijuana le 17 octobre prochain. Plus d’agents de police doivent s’y préparer, croit le maire Jim Watson.

Le maire estime que plus de policiers doivent suivre une formation pour détecter les automobilistes qui sont sous l’effet du cannabis. À ce jour, 16 agents du Service de police d’Ottawa (SPO) ont reçu la formation « d’expert en reconnaissance de drogue » et 10 autres la suivront au cours de l’automne.

« C’est nécessaire pour nos agents de police de faire cette formation. Le chef Bordeleau m’a dit qu’une quinzaine d’agents ont reçu la formation, mais c’est nécessaire d’en avoir plus que ça », soutient M. Watson.

Le premier magistrat veut aussi savoir où seront situés les détaillants autorisés. Concernant les commerces illégaux qui sont déjà établis à Ottawa, le maire rappelle qu’ils vont à l’encontre de la loi. « Mon message c’est qu’ils sont illégaux. Nous n’aurons pas plein de magasins un peu partout dans la ville. C’est le même principe avec l’alcool, on ne peut pas en vendre n’importe où », soutient le maire.

D’ici l’entrée en vigueur de la loi, plusieurs détails doivent être peaufinés. Entre autres, le gouvernement provincial doit fixer des règles spécifiques à l’Ontario en matière d’obtention de permis, de distribution, d’achat et de possession de cannabis en plus de décider des emplacements de vente.

« L’équipe intégrée de la légalisation sur le cannabis de la Ville d’Ottawa continue à suivre la mise en œuvre des règlements et de la légalisation sur le cannabis et a récemment constitué un groupe de travail pour en évaluer les répercussions municipales », explique Anthony Di Monte, directeur général du Service de protection et d’urgence.

De son côté, Santé publique Ottawa mettra en œuvre des campagnes d’éducation publique pour informer les citoyens et les inciter à consommer le cannabis de façon responsable.