Le conseiller municipal d’Ottawa, Mathieu Fleury

Fleury s’attendait à moins d’autobus au centre-ville

Le conseiller de Rideau-Vanier, Mathieu Fleury est surpris d’apprendre que 40 % des autobus de la Société de transport de l’Outaouais (STO) continueront de traverser à Ottawa après l’implantation du train léger dans l’ouest de Gatineau.

Dans un tweet qu’il a écrit au lendemain du dévoilement du projet de 2,1 milliards $ présenté par Gatineau, le conseiller ne cache pas sa stupéfaction.

« Surpris de voir une prédiction qu’encore 40 % des autobus de la @STOGatineau auraient besoin de traverser du côté d’Ottawa. Trouvons une solution pour que tous soient sur le rail », a-t-il écrit.

M. Fleury croit que Gatineau doit prendre en considération plus d’éléments afin de développer un système plus optimal et pour qu’il y ait moins d’autobus qui traversent la rivière des Outaouais.

« Je ne suis pas négatif face à ce qui a été présenté hier (mercredi). J’aimerais ça qu’à travers le 2,1 milliards $, on arrive à une solution où on n’aura plus d’autobus, explique le conseiller. [...Je pense que l’objectif, ça devrait être de ne plus avoir d’autobus et d’avoir des points d’intégration. »

Dans sa présentation mercredi, la Ville de Gatineau affirmait que le nouveau système de train dans l’ouest de la ville entraînerait une « réduction de 60 % des autobus à destination du centre-ville d’Ottawa ».

Cette réduction provient des autobus de l’ouest de Gatineau qui ne traverseraient plus la rivière des Outaouais. Pour les quelque 40 % restant — qui iraient encore dans la capitale — il s’agit des usagers de l’est qui transitent par le Rapibus, a précisé Patrick Robert-Meunier, conseiller au cabinet du maire de Gatineau.

Lors de la mise en service de la Ligne de Confédération à Ottawa, les autobus seront appelés à sortir du centre-ville, rappelle le conseiller de Rideau-Vanier.

« En principe si le train léger ouvre en novembre les gens qui prenaient les autobus de la STO sur la rue Rideau vont embarquer à la station Lyon, précise-t-il. Il y a un point d’intégration qui a été fait. »

Par ailleurs, le maire d’Ottawa voit d’un bon œil la venue d’un train léger dans la ville voisine. Il affirme qu’il est trop tôt pour savoir si la ville d’Ottawa contribuera financièrement au projet, étant donné que l’utilisation du pont Prince-de-Galles est envisagée.