L'élu municipal Mathieu Fleury pourrait faire face à une poursuite pour harcèlement.

Fleury pourrait faire face à une poursuite

Le propriétaire de l’hôtel Ottawa Inn se considère victime de harcèlement de la part du conseiller municipal du quartier, Mathieu Fleury, et envisage des recours légaux. Ahmed Syed réfléchit à la possibilité de déposer une plainte pour harcèlement ou d’intenter une poursuite judiciaire contre l’élu.

« M. Fleury crée des problèmes avec le Ottawa Inn et s’immisce dans les relations privées. M. Syed considère toutes les options incluant celles qui sont légales contre M. Fleury. Il y a des gens qui viennent prendre des photos sur les propriétés de M. Syed et quand on leur a demandé ce qu’ils faisaient ils ont expliqué que c’est M. Fleury qui les envoyait. On a pas mal d’inquiétudes concernant les activités de M. Fleury », explique Serge Buy, porte-parole de l’hôtelier. 

M. Syed tenait à répondre aux propos tenus par le conseiller concernant les unités, à l’extérieur de son hôtel, qu’il loue à la Ville d’Ottawa pour des familles sans-abri pour la somme de 110 $ par nuit.

« La Ville a un programme pour mettre des gens dans des logements temporaires d’urgence et ces gens sont dans des chambres d’hôtel à travers toute la ville d’Ottawa. Ils sont parfois quatre, cinq ou six dans une petite chambre d’hôtel. M. Syed trouve inhumain de mettre des familles dans des petites chambres. Il a acheté des petites maisons et les a entièrement nettoyées et rénovées pour en faire des appartements de deux, trois ou quatre chambres pour ces familles-là au même coût qu’une chambre d’hôtel. Ils peuvent ainsi avoir une vie de famille temporaire », affirme M. Buy. 

Le propriétaire du 215, chemin Montréal réfute les allégations de M. Fleury qui estime que la ville perd de l’argent en hébergeant des familles dans les unités de M. Syed. 

Dans un courriel, dont Le Droit a obtenu copie, la gestionnaire du programme pour les sans-abri et des services d’hébergement  écrit : « nous estimons que l’entente avec le Ottawa Inn nous a permis d’économiser 800 000 $ en 2015, puisque les familles nombreuses requièrent normalement deux chambres de motel au coût moyen de 220 $ par nuit. Quand ils restent sur l’avenue Tabor, ça nous coûte 100 $ par nuit ».

Concernant la possible enquête du bureau du vérificateur général, le porte-parole de l’homme d’affaires rappelle que le VG ne relève pas le sujet de ses enquêtes. Il ajoute que Ahmed Syed a contacté Ken Hughes pour lui offrir sa coopération.

Le conseiller de Rideau Vanier estime que la Ville devrait privilégier le programme de supplément de loyer dans le cas des unités louées auprès de M. Syed puisque ce sont des appartements et non des chambres d’hôtel. 

« M. Fleury semble vouloir des logements sociaux dans son quartier. Il y a certainement d’amples possibilités pour faire ça, soutient M. Buy. Mais le modèle de M. Syed et de l’Ottawa Inn est de gérer un hôtel et non des logements sociaux. La différence est simple, les services sont beaucoup plus élevés dans un hôtel que dans des logements sociaux. De plus, les refuges sont temporaires, ce qui marche dans le modèle de M. Syed. »