Stephen Blais et Cameron Rose Jette ont notamment abordé la question du transport en commun, mardi soir.

Expérience et jeunesse s’affrontent dans Cumberland

L’expérience a croisé le fer avec la jeunesse, mardi soir, au Mouvement d’implication francophone d’Orléans (MIFO).

Un débat électoral opposant deux des trois candidats dans le secteur Cumberland, Stephen Blais et Cameron Rose Jette, était organisé par le MIFO, en collaboration avec TV Rogers, l’Association des communautés francophones d’Ottawa (ACFO) et le Regroupement des gens d’affaires de la capitale nationale (RGA).

Les candidats ont eu la chance de s’exprimer sur plusieurs enjeux au cœur des préoccupations des citoyens.

Le conseiller municipal Stephen Blais en a d’ailleurs profité pour énumérer plusieurs des réalisations qu’il a accomplies au cours des dernières années. Alors que celui-ci misait surtout sur ses 10 années d’expérience au sein du conseil municipal pour faire valoir ses points, son adversaire a plutôt choisi le discours du changement pour convaincre les électeurs.

Mme Jette a notamment fait part de sa volonté d’augmenter la diversité au sein du conseil municipal.

« En tant que personne handicapée, transgenre et jeune, je n’ai jamais vu quelqu’un qui me ressemblait sur le conseil et ce n’est pas acceptable, a-t-elle lancé. Maintenant, si on se concentre seulement sur la diversité dans le secteur de Cumberland, on n’a jamais eu un conseiller qui n’était pas un homme. On a besoin de représentation diverse maintenant. Je veux donner une voix aux personnes qui ne se sentent pas représentées. »

Un des dossiers ayant suscité le plus de réactions de la part des candidats a été celui du transport en commun. Alors que de nombreux citoyens déplorent les tarifs élevés du transport en commun à Ottawa, Stephen Blais s’est permis une petite comparaison avec la ville de Toronto.

« Une passe d’OC Transpo coûte 116,50 $/mois alors qu’une passe autobus coûte 146,25 $/mois à Toronto. Dire qu’Ottawa a les tarifs les plus élevés au pays est donc tout simplement faux », a-t-il déclaré.

« Le nombre de personnes qui n’ont pas accès au transport parce qu’elles n’ont pas les moyens de payer pour une passe est ridicule, a répliqué Mme Jette. Personne ne devrait être empêché de se déplacer dans sa propre ville en raison des coûts de transit trop élevés. Je vais me battre pour que la province nous fournisse des fonds afin de diminuer les tarifs du transport en commun. »

Les élections municipales se tiendront le 22 octobre prochain.