Les autorités cherchent depuis longtemps le bon projet pour relancer les plaines LeBreton.

Équilibre atteint, selon la CCN

La CCN croit avoir atteint un équilibre précieux avec le plan proposé pour le développement des plaines LeBreton.

À LIRE AUSSI : Plaines LeBreton: la CCN dévoile ses nouveaux plans

Un projet bien vu

« L’aspect que je trouve le plus intéressant, c’est qu’on ait réussi à atteindre nos trois buts qui étaient d’avoir une communauté, une destination et beaucoup d’espaces verts », affirme son premier dirigeant de la CCN, Tobi Nussbaum.

Membre de longue date du conseil d’administration de la CCN, Larry Beasley a indiqué jeudi qu’il s’agissait du meilleur plan qu’on lui ait présenté en ce qui a trait à l’intégration aux quartiers voisins.

« Il y a beaucoup d’espaces verts, c’est environ 40 à 45 % du site, souligne pour sa part le maire d’Ottawa, Jim Watson. Je vois un plan plus réaliste qui nous assure d’avoir amplement d’espaces verts, tout en conservant le potentiel d’avoir un aréna, en plus d’avoir 8000 personnes qui y vivent en communauté avec un bon pourcentage de logements abordables. »

L’extrémité nord-ouest de ce projet sera réservée pour l’aménagement de parcs et d’espaces verts, dont le parc riverain qui donnera un accès aux berges de la rivière des Outaouais. Une situation toutefois nécessaire puisque des enjeux géotechniques ne permettent pas la construction de bâtiments à cet endroit, selon la directrice de Bâtir LeBreton, Katie Paris.

La CCN construira ces parcs au fur et à mesure que les autres terrains des plaines LeBreton trouveront preneurs. « Le conseil est déterminé à ce que les profits générés par la vente ou la location à long terme de ces terrains soient réinvestis dans ce site », insiste M. Nussbaum.

En plus des espaces verts, Bâtir LeBreton prévoit des espaces pour la construction de nombreux logements et d’une allée commerciale située à proximité d’aqueducs qui seront réaménagés.

M. Watson déplore toutefois que le terrain vague situé au sud du Musée canadien de la guerre ne soit pas développé, selon le plan provisoire. Il demande aux membres du public de se prononcer sur l’attraction qu’ils souhaitent voir à cet endroit dans le cadre des consultations qui se tiendront au cours des prochaines semaines.

« Il faut travailler avec le gouvernement fédéral pour trouver une activité ou un édifice qui pourrait attirer plus de monde dans ce quartier », soutient le maire d’Ottawa.