Un groupe de sept conseillers municipaux d’Ottawa demande à l’Ombudsman d’enquête sur le contrat d’entretien de la ligne de la Confédération.

Entretien de l'O-Train: l’intervention de l’Ombudsman provincial réclamée

Huit conseillers municipaux veulent demander à l’Ombudsman de l’Ontario d’enquêter sur le contrat d’entretien de la Ligne de la Confédération — obtenu par Rideau Transit Maintenance (RTM) — et sur le processus d’approvisionnement de la phase 2.

En conférence de presse mardi matin, plusieurs d’entre eux ont indiqué que «la confiance envers la haute administration de la Ville s’est effritée» au cours des derniers mois, dans le dossier du train léger.

«L’information continue de venir au compte-gouttes», souligne le conseiller de Rideau-Vanier, Mathieu Fleury.

«Je ne crois pas que les documents qui nous ont été présentés lundi soir répondent à une seule de nos questions», ajoute la conseillère de Gloucester-Nepean Sud, Carol Anne Meehan.

Une motion sera déposée par cette coalition d’élus en vue de la prochaine réunion du conseil municipal. Ils demanderont à leurs collègues d’appuyer unanimement l’envoi de cette requête à l’Ombudsman de l’Ontario, même si une plainte peut être déposée à titre individuel.

Le conseiller de Stittsville, Glen Gower, dit ne pas avoir été invité à se joindre à ce regroupement de conseillers, mais a assisté à leur conférence de presse par curiosité, mardi matin. Il dit partager leur point de vue à plusieurs égards, mais dénonce leur approche «théâtrale» sur certains autres. Le dépôt d’une motion au conseil, notamment.

«N’importe quel citoyen peut remplir un formulaire de plainte sur le site web de l’Ombudsman. Un conseiller aussi, ils n’ont pas besoin d’un vote du conseil pour demander une enquête», souligne M. Gower.

Plusieurs demandes

La coalition d’élus souhaite également voir l’embauche d’une firme juridique indépendante de la Ville et de la firme SNC-Lavalin pour réviser les avis légaux fournis par Norton Rose Fulbright dans le cadre du processus d’approvisionnement de la phase 2 du train léger.

Ces conseillers demandent aussi qu’une firme externe soit retenue pour analyser l’ensemble de la Ligne de la Confédération pour identifier la cause des nombreux problèmes survenus depuis son lancement en septembre dernier, ainsi qu’une révision de la garantie des trains conçus par Alstom pour la Ligne 1 de l’O-Train, pour déterminer s’il est possible d’obtenir un remboursement en raison des bris répétés.

Les élus rassemblés mardi sont Riley Brockington (Rivière), Mathieu Fleury, Carol Anne Meehan, Catherine McKenney (Somerset), Shawn Menard (Capitale), Rawlson King (Rideau-Rockcliffe), Theresa Kavanagh (Baie). Le conseiller de Kitchissippi, Jeff Leiper, était absent, mais appuie ces démarches.