Le maire Jim Watson

Élections municipales: Watson officialise sa candidature

C'est désormais officiel. Le maire d'Ottawa, Jim Watson, sera candidat à la mairie aux élections municipales du 27 octobre prochain.
M. Watson, 52 ans, a confirmé ses intentions lundi matin, vers 10 h, au centre de services à la clientèle de la Place Ben Franklin de Nepean, situé près de son domicile. Il avait annoncé le secret de Polichinelle dimanche sur son compte Facebook.
La campagne de réélection du maire sortant portera sur les progrès accomplis au cours de son premier mandat, a-t-il annoncé, sans toutefois détailler ses engagements précis.
« Je les dévoilerai au fur et à mesure que la campagne avance, a-t-il dit à une meute de journalistes, présents pour son grand jour. Mais en politique, soit que tu te lances dans la course en misant sur ton bilan ou soit que tu fuis celui-ci. »
M. Watson a relevé ses bons coups des quatre dernières années, après une période tumultueuse dans l'histoire de la Ville d'Ottawa sous l'administration de son prédécesseur Larry O'Brien.
« Mon bilan démontre les progrès que nous avons réalisés depuis trois ans et demi. J'ai proposé un plan très clair à la dernière élection. Nous l'avons tenu. Je suis fier des résultats que nous avons obtenus en matière de discipline fiscale, du train léger sur rail, du nouveau parc Lansdowne, de nos mesures d'intégrité ainsi que de la refonte de notre plan de développement économique. »
Le maire a rappelé que plusieurs projets on pris forme sous sa gouverne après « des années, voire des décennies » de stagnation « dans la boue. » La construction du train léger, l'assainissement de la rivière des Outaouais, le projet d'agrandissement de la Cour des Arts et le centre d'innovation dans l'ancien garage municipal Bayview ont notamment été mentionnés.
« Ces grands projets façonnent ma vision de ce que pourrait devenir notre ville dans l'avenir. J'ai hâte de défendre d'autres projets du genre, toujours dans un cadre financier convenable. Beaucoup de personnes proposent de grandes idées, mais n'ont pas les moyens pour les financer. C'est ce qui diffère de mon approche », a-t-il ajouté.
Le français et Gatineau
Par ailleurs, même s'il dit vouloir travailler étroitement avec la communauté francophone d'Ottawa, M. Watson n'a pas l'intention de donner un statut de bilinguisme officiel à la capitale nationale au cours de son prochain mandat, s'il est élu.
« Non », a-t-il répondu sèchement lorsque questionné à ce sujet.
Le maire est nettement plus ouvert toutefois à un partenariat à long terme avec son homologue de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin.
« Les deux côtés de la rivière forment une région économique. C'est important et nécessaire pour nous de travailler avec le maire de Gatineau au sujet de tourisme, du 150e anniversaire de la Confédération, la création d'emplois, l'assainissement de la rivière des Outaouais et ainsi de suite. Et certainement, si je suis élu, je continuerai ce dialogue. »
Pour l'heure, le seul opposant de M. Watson est Mike Maguire. Ce dernier avait obtenu 2,5 % des suffrages à l'élection de 2010.