Rawlson King l’a remporté avec 18,4 % des suffrages, lundi soir.

Élection historique dans Rideau-Rockcliffe

Rawlson King a écrit une nouvelle page d’histoire de la capitale fédérale lundi. Il devient le premier élu noir à occuper un siège à la table du conseil de la Ville d’Ottawa, ayant gagné la bataille qui l’opposait à 16 autres candidats pour l’élection partielle dans le quartier Rideau-Rockcliffe.

L’homme de 42 ans, qui préside l’Association communautaire d’Overbrook, l’a remporté avec 18,4 % des suffrages, devançant sa plus proche adversaire, l’ex-directrice de la Zone d’amélioration commerciale de Vanier, Jamie Kwong, par 123 votes. Cette dernière a terminé la course avec 16,9 % des voix. La troisième position revient à Penny Thompson, qui a récolté 10,2 % des suffrages.

« Je suis étonné que nous ayons réussi, mais on est au 21e siècle après tout. Il faut une plus grande diversité autour de la table », a-t-il dit d’emblée au sujet de son gain historique.

Fait à noter, cette fois fut la bonne pour Rawlson King car il avait aussi tenté sa chance lors des élections municipales de 2010 dans le même quartier, mordant la poussière en décrochant 3,6 % des voix.

Unilingue anglophone, le nouvel élu a célébré sa victoire sous un tonnerre d’applaudissements dans un resto-pub du chemin de Montréal, après avoir cogné à des centaines de portes dans les dernières semaines.

« Je suis content que mon équipe et moi ayons introduit et proposé une plateforme progressiste. C’était notre focus, notre vision. On voulait s’assurer qu’il y ait de l’équité autour de la table. Les gens ont bien réagi à mon message à l’effet qu’il est temps que les résidents et la communauté soient mis de l’avant, plutôt que les intérêts des grandes entreprises. On ouvre la télé, on feuillette les journaux, tout ce dont on entend parler c’est du train léger ou des plaines LeBreton. Ce sont de très gros projets, ils sont importants, des milliards de dollars sont dépensés, mais ces sujets prédominent sur tout le reste, malheureusement. Pendant ce temps, les gens nous disent que les rues sont dans un mauvais état, qu’il y a des retards dans le transport en commun, que le logement social a besoin d’énormes investissements, etc. », a lancé le principal intéressé.

N’ayant pas une priorité en tête pour l’instant, le nouveau venu à l’hôtel de ville affirme cependant que la lutte à la pauvreté, le transport en commun, l’environnement et l’amélioration des infrastructures routières sont au nombre des dossiers qui lui tiendront à cœur.

Détenteur d’une maîtrise en communication, M. King travaille présentement à titre de directeur des communications dans une entreprise.

Conscient que près du tiers de la population du quartier est francophone et jugeant que la ville peut « clairement faire mieux » au chapitre du bilinguisme, il s’engage à apprendre la langue de Molière durant son mandat.

« Ça ne veut pas dire que je ne suis pas sympathique à la cause des Franco-Ontariens. Je suis derrière eux à 100 %, je vais les supporter. [...] On a besoin d’un niveau de bilinguisme officiel plus fonctionnel à la Ville. Quand les gens décrochent le téléphone, ils devraient pouvoir avoir accès à tous les services en français», affirme-t-il.

Alors que le gouvernement fédéral veut relancer les études sur le projet, Rawlson King s’oppose fermement à la construction d’un sixième pont reliant Gatineau et Ottawa.

« Je m’oppose à cette idée. Je ne crois pas que nous ayons examiné toutes les options possibles. Je pense qu’on devrait se concentrer sur comment on peut réduire le trafic, surtout l’utilisation de la voiture en solo », dit-il.

Quelques élus ont félicité M. King sur les médias sociaux, dont Mathieu Fleury, Catherine McKenney, Shawn Menard, Keith Egli et Jeff Leiper. « Ça va être un très amusant trois ans et demi. Beaucoup de travail à faire pour bâtir un Ottawa véritablement prospère, équitable et durable. Soirée historique », a écrit M. Leiper sur Twitter.

Le maire Jim Watson, de son côté, a indiqué qu’il était « impatient de travailler avec M. King et de voir ses contributions à Rideau-Rockcliffe et au conseil municipal ».

Le taux de participation a dépassé la barre des 30 %, alors qu’il avait été de 37 % dans ce même quartier lors du scrutin du 22 octobre dernier.

L’officialisation des résultats ainsi que l’assermentation de Rawlson King auront lieu mardi à l’hôtel de ville.

L'élection partielle était rendue nécessaire en raison de la démission de Tobi Nussbaum, nommé premier dirigeant de la Commission de la capitale nationale. Celui-ci en était à son deuxième mandat en tant que conseiller municipal.