Le candidat à la mairie de la Ville d'Ottawa, Clive Doucet

Doucet présente ses engagements

Pour présenter ses engagements face à de nombreux enjeux qui touchent le berceau de la Ville d’Ottawa — la Basse-Ville et le Marché By —, le candidat à la mairie Clive Doucet s’est entouré d’intervenants de cette communauté, vendredi.

Le candidat au poste de conseiller de Rideau-Vanier Thierry Harris était notamment aux côtés de M. Doucet, tout comme le candidat défait en 2014 et président sortant de l’Association communautaire de la Basse-Ville, Marc Aubin, ainsi que Richard Cannings, commerçant dans le Marché By. Voici les principaux enjeux dont il a été question durant leur rencontre avec les médias, vendredi.

Lutte à l’itinérance

Clive Doucet a laissé Thierry Harris exposer sa vision en matière de lutte à l’itinérance avant d’annoncer publiquement son appui au candidat dans Rideau-Vanier, soulignant que « son programme est exactement comme le mien ».

MM. Harris et Doucet proposent notamment de créer des réserves foncières pour financer des projets de logements abordables et de miser sur le zonage inclusif pour augmenter le nombre d’unités disponibles. Le candidat au poste de conseiller souhaite entre autres la création d’un programme de prêts à faible taux d’intérêt aux gens qui peinent à joindre les deux bouts pour éviter qu’ils soient expulsés de leur appartement et réduire les besoins pour des services comme ceux que souhaite offrir l’Armée du Salut au cœur de Vanier. Clive Doucet souhaite aussi la création d’un refuge de jour comme alternative à la vie dans la rue.

« Hier, il y avait une femme qui tremblait en raison d’une surdose, inconsciente. Que peut-on faire dans une situation comme celle-là ? C’était mauvais pour mon âme et pour la sienne, juste d’être témoin de ce type de souffrance. »

Protection du patrimoine

Réunis devant l’ex-école Notre-Dame qui, malgré une désignation patrimoniale, a été presque complètement démolie, M. Doucet et ses invités ont souligné les lacunes de la Ville d’Ottawa en matière de protection du patrimoine.

« Pas besoin de mots, il suffit d’un coup d’œil au bâtiment derrière moi pour comprendre qui gagne, et ce sont les propriétaires fonciers », a lancé Marc Aubin. Le candidat à la mairie a ajouté qu’il est nécessaire de protéger le patrimoine bâti, particulièrement dans le district de Rideau-Vanier puisque « le Marché By est un arrêt obligatoire pour les touristes, à Ottawa, afin d’obtenir un aperçu de notre passé ». Il ajoute que « l’érosion du caractère historique de la Basse-Ville et du Marché By est une grande préoccupation pour les résidents ».

Émancipation du Marché By

« Les commerçants quittent. Ce n’est plus une menace maintenant, c’est une réalité », affirme Richard Cannings, un homme d’affaires installé dans le Marché By.

Clive Doucet et lui critiquent le modèle de gestion de la zone commerciale choisi par le maire sortant, Jim Watson, soit de nommer un conseil d’administration composé de bénévoles. « Ç’a été une saison difficile. Les commerçants ont besoin de toute l’aide disponible. Plutôt que de réduire les loyers pour les aider, on les augmente, affirme M. Cannings. Je crois que le maire voit le Marché By comme une vache à lait, mais ce sera une vache morte très bientôt si ça continue comme ça. » M. Doucet ajoute qu’il faut nommer des résidents qui ont à cœur le quartier à la gestion du Marché By, plutôt que des promoteurs immobiliers.