Le maire d’Ottawa, Jim Watson, a prononcé son discours de début d’année, mettant de l’avant la francophonie et certains projets majeurs.

Discours de Jim Watson: francophonie, train léger et caméras aux feux rouges

La francophonie et les services en français ont retrouvé leur place dans le discours de début d’année du maire d’Ottawa Jim Watson, des sujets qu’il n’avait pas abordés l’an dernier. M. Watson a profité de la première réunion de 2019 pour livrer un détaillé discours sur l’état de la ville, offrant une perspective sur les projets majeurs à venir en plus de rappeler les réalisations de 2018.

Le premier magistrat a félicité l’administration municipale pour les services en français offerts. Il a dévoilé que le nombre de plaintes est passé de 47 à 34 entre 2017 et 2018, soit une diminution de plus de 27 %. Une donnée encourageante, confirme l’élu.

« C’est toujours mon but de continuer à améliorer les services en français et voir une réduction des plaintes je pense que c’est une bonne nouvelle, a affirmé le maire après la réunion du conseil. On a une équipe dans le bureau des services en français qui pousse pour améliorer les services et pour qu’on en fournisse plus pour les francophones. C’est toujours un but et c’est la raison pour laquelle je l’ai mentionné. »

Dans son discours, M. Watson a annoncé que des camps d’été dans la langue de Molière seront offerts dans les secteurs ruraux comme Osgoode et Metcalfe. Il a aussi rappelé l’ouverture prochaine de la Maison de la francophonie qui doit abriter sous un même toit plusieurs organismes francophones de l’ouest de la ville.

« Il y a 20 ou 30 ans, il n’y avait pas beaucoup de francophones dans l’ouest de la ville et c’est nécessaire d’offrir des services », ajoute-t-il.

Vers la phase 2 du train léger

L’année 2019 sera marquée par la mise en service de la Ligne de la Confédération. Le maire a rappelé l’importance du train léger sur rail (TLR) en plus de parler des étapes cruciales qui doivent survenir au cours des prochains mois.

Le comité plénier doit approuver l’approvisionnement de la phase 2 du TLR le 27 février prochain.

« Cela signifie que les travaux du prolongement de la Ligne Trillium débuteront ce printemps, ce qui nous permettra de poursuivre sur notre lancée quant à la Ligne de la Confédération. Et nous ne nous arrêterons pas là, puisque nous avons déjà jeté les bases du prolongement du réseau vers Kanata-Stittsville et Barrhaven à l’étape 3 du train léger », souligne le maire Watson.

Ce dernier a toujours bon espoir que le gouvernement provincial participe financièrement à la phase 2. Il rappelle que le premier ministre Doug Ford lui a réitéré son engagement à deux reprises.

« Il appuie complètement la phase 2 et maintenant c’est nécessaire pour nous de signer les documents, mentionne Jim Watson. Je n’ai pas de doutes que la province est là comme partenaire, tout comme le gouvernement fédéral avec qui on a signé des documents il y a quelques mois. »

Sécurité routière et logement abordable

Dans son discours de près d’une heure, le premier magistrat en a profité pour rappeler quelques promesses électorales.

Vingt nouveaux appareils photo reliés aux feux rouges seront ajoutés aux 54 existants.

De plus, un projet pilote de caméras de contrôle de la vitesse dans les zones scolaires doit être lancé d’ici la fin du mandat.

Faisant face à des défis au niveau du logement abordable, la municipalité a identifié cinq sites prioritaires se trouvant à distance de marche des stations de train léger. Les lieux identifiés doivent être dévoilés plus tard cette année, mais entre temps le maire a confié que le 557, rue Albert est prioritaire. Ce dernier se trouve à proximité de la station Pimisi et de la future Bibliothèque centrale.

L’avocat Ronald Casa, pionnier de la communauté franco-ontarienne, est l’un des cinq récipiendaires qui recevront la clé de la ville.

Les autres lauréats sont le politicien Dalton McGuinty, le médaillé d’or olympique Patrick Chan, l’auteure, avocate et militante Maureen McTeer ainsi que la directrice administrative de Cornerstone Housing for Women, Sue Garvey.