Des trottinettes électriques comme celles-ci pourraient bien faire leur apparition à Ottawa.

Des trottinettes électriques à Ottawa ?

Des trottinettes électriques en libre-service pourraient circuler dans les rues de la capitale. Des représentants de l’entreprise Lime sont venus rencontrer le personnel municipal et les élus la semaine dernière afin de promouvoir leur produit.

« Le concept libre-service n’est pas nouveau à Ottawa. Notre service serait complémentaire et proposerait une autre option de déplacement. La trottinette électrique est parfaite pour un trajet qui est trop long pour les piétons, mais pas assez long pour la voiture », explique Christopher Schafer, directeur principal du développement de la marque Lime au Canada.

Ce dernier a pu s’entretenir avec des conseillers municipaux pour la première fois lundi dernier. Il a aussi rencontré à nouveau le personnel municipal afin de discuter des possibilités et des options envisageables. Selon lui, il est encore trop tôt pour dire si les trottinettes rouleront à Ottawa dès cet été.

Un service de déplacement en libre-service est déjà offert dans la capitale. En 2011, les vélos BIXI sont apparus dans la région après la mise en place d’un projet pilote deux ans plus tôt. En 2014, le service VéloGo a pris la relève.

Les trottinettes électriques de la société américaine Lime roulent dans plus d’une centaine de villes à travers le monde, dont aux États-Unis, en Australie, en Europe et au Mexique.

La percée sur le marché canadien est nouvelle. Un projet pilote a été lancé à l’automne dernier à Waterloo en Ontario.

Modifier le Code de la route ?

La Ville d’Ottawa se dit bien au fait des intentions de la compagnie américaine, mais fait face à des défis au niveau de la réglementation. Des discussions ont été entamées avec le ministère des Transports de l’Ontario.

« La Ville sait que des changements au Code de la route sont requis pour permettre l’utilisation de ces scooters sur la voie publique. Le personnel a entrepris des discussions avec le ministère des Transports et attend de savoir quelles seront les prochaines étapes par rapport à la loi afin que d’éventuels changements soient en accord avec les politiques de la Ville et la législation provinciale », affirme Court Cury, gestionnaire de l’emprise du patrimoine et du design urbain à la Ville dans une réponse écrite.

Ce mode de transport alternatif à la voiture doit être traité comme la bicyclette, estime M. Schafer.

« Les trottinettes doivent être permises là où les bicyclettes le sont, comme les pistes cyclables. Pour moi, une piste cyclable c’est une voie réservée pour le transport actif. Dans plusieurs villes, les vélos, les trottinettes, les vélos électriques, les fauteuils roulants et les planches à roulettes électriques partagent cette voie », illustre le représentant de Lime.

Fonctionnement

Les trottinettes électriques peuvent être repérées à l’aide d’une application mobile. L’utilisateur doit les déverrouiller moyennant des frais initiaux de 1 $ et il en coûte en moyenne 15 cents par minute pour rouler.

Le concept ne prévoit pas de stations pour ranger les trottinettes après l’utilisation, ce qui veut dire que les utilisateurs peuvent les laisser n’importe où. Cet aspect a causé des litiges, particulièrement aux États-Unis, où la population déplore l’abandon des trottinettes n’importe où sur les trottoirs causant des encombrements.