Le projet d'édifices à proximité des plaines LeBreton soulève plusieurs questionnements qui demeurent sans réponses.

Des tours de 25 à 45 étages qui dérangent à Ottawa

Cinq immeubles de 25 à 45 étages pourraient être construits à proximité des plaines LeBreton, à l’est de la rue Booth. Le Comité de l’urbanisme a approuvé les modifications au Plan officiel et au zonage malgré les inquiétudes des résidents du secteur avoisinant.

Le promoteur Claridge prévoit développer ses terrains situés à proximité de la future station de train léger Pimisi. Les cinq tours, une de 45 étages, deux de 25 et deux de 30 étages, compteraient près de 1600 unités de logements à proximité du 133 rue Booth et des 301 et 324 rue Lett. Le projet comprend des logements abordables, une garderie et des installations commerciales comme des restaurants et une épicerie.

« Plusieurs questions restent sans réponse comme l’ombre créée par les tours et le vent. Plus la tour est élevée, plus l’ombre créée est importante. Nous sommes dans un quartier où il y a des immeubles peu élevés. Il faut prévoir la transition. Construire des tours du jour au lendemain va nuire à notre qualité de vie », s’inquiète Ed McKenna, un résident de la rue Lett.

Ce dernier affirme être en faveur de la densification, mais il s’attendait à ce que la hauteur maximale des immeubles soit d’une douzaine d’étages.

Dans le projet initial, présenté en janvier 2017, le promoteur voulait construire un édifice de 55 étages. Les plans ont été revus pour réduire de 10 étages le plus haut immeuble.

Le projet du groupe Claridge pourrait prendre près de 15 ans à compléter. Le conseil doit voter sur la question lors de la réunion de mercredi.