Nathalie Des Rosiers s’adresse aux médias à la suite de son accession mercredi au conseil des ministres du gouvernement Wynne.

Des Rosiers est heureuse même si elle n’a «pas coupé d’arbres»

Bien qu’elle n’ait « pas coupé d’arbres » et qu’elle possède peu d’expérience dans les dossiers touchant son nouveau portefeuille, Nathalie Des Rosiers affirme que de beaux enjeux l’attendent comme nouvelle ministre des Richesses naturelles et des Forêts de l’Ontario.

L’expertise de la députée libérale provinciale d’Ottawa-Vanier, élue lors d’une élection complémentaire en novembre 2016, se situe principalement en droit constitutionnel et en droit des femmes.

« J’ai siégé pendant treize ans à la Commission d’appel de l’environnement de l’Ontario. Dans ce contexte, j’ai pas mal sillonné le nord de l’Ontario, a expliqué en entrevue au Droit Mme Des Rosiers. C’est vrai que je n’ai pas coupé d’arbres, mais la réconciliation du développement économique avec la protection de l’environnement étaient les enjeux à ce moment-là. Ce que je constate dans les titres des dossiers est que c’est un peu les mêmes types d’enjeux qui se présentent encore ».

Nathalie Des Rosiers a été nommée mercredi au conseil des ministres du gouvernement Wynne dans le cadre d’un remaniement ministériel qui voit aussi deux autres femmes accéder au Cabinet, soit Daiene Vernile (Kitchener-Centre) au ministère du Tourisme, de la Culture et du Sport, ainsi que Harinder Malhi (Brampton-Sprindale) à la Condition féminine.

« Je suis ravie que trois nouvelles ministres se joignent au conseil des ministres pour 2018, a indiqué la première ministre Kathleen Wynne dans une déclaration. Les connaissances et les compétences qu’elles apportent à leurs rôles sont cruciales au bon déroulement de notre plan visant à créer plus d’équité et plus d’occasions favorables pour la population de l’Ontario ».

Mme Des Rosiers estime que les interactions entre la protection de l’environnement, le développement économique et le respect des communautés autochtones dans son ministère « sont fascinantes », et elle croit qu’elle peut apporter sa contribution.

« Le milieu forestier est inquiet de certaines législations environnementales. Il faudra réconcilier ça un peu. Il y a aussi des dossiers de partage des ressources avec les communautés autochtones ainsi que la mise en œuvre de deux législations sur les autorités de conservation et les résidus des mines. Il y a un côté un peu technique, législatif, dans ça, et ça me convient. Il y a aussi le côté du développement des politiques en termes de réconciliation entre les différents intérêts qui m’intéresse », a expliqué Mme Des Rosiers, qui a aussi précisé qu’elle devra se préoccuper des décisions émanant des États-Unis et de leurs impacts sur l’industrie du bois d’œuvre ontarien.

La nouvelle ministre convient qu’elle n’aura que peu de temps pour maîtriser ses dossiers avant de se replonger en campagne électorale pour solliciter sa réélection puisque le scrutin général en Ontario aura lieu le 7 juin. La campagne électorale commencera donc officiellement quelque part vers la fin d’avril ou au début du mois de mai.

« C’est certain qu’en quatre mois on ne peut pas changer de cap, mais ça n’aurait pas été mon intention de toute façon », a expliqué Mme Des Rosiers.

La députée/ministre d’Ottawa-Vanier succède à Kathryn McGarry (Cambridge), qui a hérité du ministère des Transports.

Le jeu de chaise musical était rendu nécessaire en raison de trois ministres qui ont annoncé qu’ils ne se représenteraient pas à la prochaine élection. Il s’agit de Deb Matthews, Liz Sandals et Brad Duguid.

Le ministère des Richesses naturelles et des Forêts compte plus de 3600 employés et bénéficie d’un budget de 731 millions $, selon son site web.

Wynne veut entendre les citoyens d'Ottawa

La première ministre de l’Ontario Kathleen Wynne sera de passage à Ottawa jeudi soir à l’occasion d’une assemblée publique lors de laquelle les citoyens pourront la questionner sur divers enjeux qui les préoccupent. L’activité est organisée en guise de préparation au prochain budget provincial, qui doit être déposé plus tard cet hiver ou ce printemps. L’événement gratuit et ouvert à tous aura lieu à la salle Chamber de la Place Ben Franklin, située au 101, promenade Centrepointe, dans le secteur Nepean. Les portes ouvriront à 18 h et la première ministre débutera sa présentation à 19 h. Des places sont offertes selon le principe du premier arrivé, premier servi. De telles assemblées publiques ont récemment eu lieu à Toronto et Brampton.