Le conseiller de Rideau-Vanier, Mathieu Fleury.

Des mesures pour protéger les vieux quartiers

Vous pensez construire un logis dans un vieux quartier urbain de la Ville d'Ottawa? De nouvelles règles de zonages ont été adoptées par le comité d'urbanisme de la municipalité mardi. Du moins, en principe.
Les changements au règlement sur les aménagements intercalaires, dont la révision a été entamée en mai 2012, visent à légiférer sur les cours avant, l'emplacement de l'entrée principale, le stationnement et les entrées de cour, notamment.
«Ces changements nous permettent de protéger le caractère d'un quartier. Ça nous permet d'établir de meilleurs critères», affirme Mathieu Fleury, conseiller dans Rideau-Vanier.
Seuls son quartier et ceux de Rockcliffe, de Somerset, de Kitchissippi et de la Capitale sont toutefois ciblés par ces modifications.
«Parce qu'il s'agit de ceux en milieu urbain, note-t-il. Nous effectuerons aussi une autre étude où l'on se penchera sur la densité, les cours arrière et les hauteurs.»
Fait important à noter toutefois, les nouvelles règles ne s'appliquent pas à l'architecture extérieure d'un nouveau bâtiment résidentiel. Ainsi, une construction moderne pourrait apparaître dans un quartier dominée par des maisons composées de briques rouges par exemple.
«En somme, votre rue vous dicte les règles», avance Lee Ann Snedden, gestionnaire à la direction de l'élaboration de politiques et de l'esthétique urbaine.
Un délai accordé
Les modifications aux règles de zonages devront toutefois attendre au 14 mai avant d'être officialisées. Le conseil municipal devra alors trancher.
Ce délai a été accordé, mardi, à la demande de divers entrepreneurs qui espèrent peaufiner davantage le document final.
«Nous avons progressé depuis le début du processus, mais nous demandons que la décision soit reportée pour nous permettre d'effectuer notre travail de révision. Nous y sommes presque, mais nous avons besoin encore un peu de temps. Nous ne nous opposons pas aux règles. Nous voulons simplement préciser certaines choses, a plaidé Murray Chown, porte-parole de plusieurs entreprises domiciliaires. Au bout du compte, il serait bien que les entrepreneurs, les associations communautaires et le personnel de la ville travaillent avec des critères bien précis.»
Plusieurs représentants d'associations communautaires ont d'ailleurs salué l'initiative de la municipalité, mardi.
«Nous sommes de fervents partisans en matière de protection de nos communautés. Ces changements sont révolutionnaires et ingénieux. Et ils permettront de protéger le caractère des quartiers plus vieux, comme cela n'a jamais été fait auparavant», a louangé Stephen McNamee de l'Association communautaire Overbrook.