SOS Vanier affirme avoir mis la main sur un échange de courriels entre le maire d’Ottawa, Jim Watson, et le conseiller Mathieu Fleury.

Des courriels de Watson divulgués

SOS Vanier, qui s’oppose à la venue du méga-refuge que prévoit construire l’Armée du Salut au 333, chemin de Montréal, soutient détenir une preuve tangible que le maire d’Ottawa Jim Watson a usé de son pouvoir en coulisses dans ce controversé projet.

Le regroupement de citoyens avance avoir mis la main sur un échange de courriels datant du 22 juin 2017 et impliquant le maire Watson et le conseiller du quartier Rideau-Vanier, Mathieu Fleury. C’est à cette date que l’Armée du Salut avait annoncé son intention de déménager ses installations du marché By vers le quartier Vanier.

Dans cet échange virtuel, qui aurait été obtenu par le biais d’une demande d’accès à l’information, Jim Watson semble visiblement agacé par le fait que le conseiller Fleury ait fait une sortie médiatique plus tôt dans la même journée pour dénoncer l’emplacement du nouveau refuge.

« Ai-je manqué quelque chose », demande d’entrée de jeu M. Watson à son conseiller au début de son message, affirmant que Mathieu Fleury lui demande depuis plus d’un an de « sortir l’Armée du Salut du marché By » [traduction libre].

Dans le document envoyé lundi à certains médias de la région par SOS Vanier, le maire d’Ottawa poursuit en disant ne pas comprendre pourquoi le conseiller Fleury n’a jamais parlé de son opposition au projet du chemin de Montréal « au cours des 12 derniers mois ».

« Nous avons visité le site trois fois et tu m’as toujours demandé de vous aider à sortir l’Armée du Salut du marché. C’est exactement ce que j’ai fait et là, vous allez vous y opposer? Tu ne peux pas gagner sur les deux fronts », écrit M. Watson.

Mathieu Fleury réplique par la suite quelques heures plus tard au maire par courriel en lui signifiant qu’il émet « depuis le jour un » des réticences face au projet de méga-refuge dans Vanier.

L’un des porte-parole de SOS Vanier, Philippe Denault, précise que cet échange de messages entre les deux élus a été greffé à la plainte logée vendredi auprès de l’ombudsman de l’Ontario, laquelle critique ce que SOS Vanier considère comme étant « le rôle du maire Watson et les graves manquements administratifs de la Ville d’Ottawa concernant la réinstallation du refuge de l’Armée du Salut ».