Le comité organisateur du colloque multiculturel pour une capitale bilingue

Des communautés ethnoculturelles pour une capitale bilingue

Des représentants de diverses communautés ethnoculturelles d’Ottawa ont signé, samedi, une déclaration commune réclamant que la ville d’Ottawa devienne officiellement bilingue sous peu.

Il s’agissait là d’une initiative du groupe de pression Dialogue Canada, un organisme non gouvernemental, à but non lucratif, qui se dit indépendant et non partisan, et qui milite depuis longtemps pour voir enchâsser dans une loi provinciale le statut bilingue actuel de la Ville d’Ottawa. 

Même si les organisateurs de l’événement attendaient une centaine de personnes à l’école secondaire publique De La Salle à Ottawa, une cinquantaine de citoyens canadiens originaires de pays francophones d’Afrique et d’Haïti, notamment, et des militants franco-ontariens se sont finalement présentés et ont signé un engagement réclamant des législateurs municipal et provincial qu’Ottawa soit officiellement promulgué ville bilingue.

« C’est la première fois que le Comité pour les deux langues officielles de Dialogue Canada réunissait un groupe multiculturel pour présenter son projet et obtenir leur appui », a expliqué au Droit la présidente de Dialogue Canada, Trèva Cousineau.

La chance au coureur

La députée provinciale d’Ottawa-Vanier, Nathalie Des Rosiers, qui était d’ailleurs présente, samedi, au colloque multiculturel a déposé, en mai dernier, à Queen’s Park, un projet de loi privé visant à « reconnaître le caractère bilingue » de la Ville d’Ottawa. 

Il existe déjà une politique et un règlement à propos du bilinguisme à Ottawa, mais le projet de loi prévoit de les enchâsser dans la Loi sur la ville d’Ottawa.
Des organismes, comme Dialogue Canada, continuent de se battre pour une désignation officielle pour Ottawa, mais le maire d’Ottawa, Jim Watson, s’y est toujours opposé.

Même si le projet de loi déposé par la députée Nathalie Des Rosiers présente une version modifiée de l’approche législative proposée par un mouvement comme #OttawaBilingue, la présidente de Dialogue Canada, Trèva Cousineau, est prête à laisser la chance au coureur.

Mme Cousineau avoue que l’initiative de la députée Des Rosiers n’est pas une reconnaissance unilatérale de l’égalité absolue des deux langues à Ottawa, mais qu’il s’agit là d’une démarche positive que l’on se doit d’appuyer. « Nous, c’est pas tout à fait ce qu’on demandait, mais c’est un pas dans la bonne direction. [...] Nous, on veut carrément que la loi (reconnaisse) l’égalité des deux langues officielles. Le projet de loi de Mme Cousineau (inscrit) les deux langues officielles dans le préambule, mais pas dans le texte de la loi ».

Dialogue Canada semble donc vouloir entreprendre une pause, le temps de voir jusqu’où ira l’initiative de la députée d’Ottawa-Vanier.

Un sondage Nielsen, réalisé pour le compte du Commissariat aux langues officielles, démontrait qu’une grande majorité des répondants appuyait l’idée d’une reconnaissance officielle du bilinguisme pour la capitale nationale, et ce, dans une proportion de 87 %. Le sondage téléphonique avait été réalisé en février et mars 2016 auprès de 1000 Canadiens.