Le conseiller Riley Brockington, ainsi que quelques-uns de ses collègues, a voté contre le changement de zonage sur la promenade Riverside.

Densification controversée près de la dangereuse intersection Hunt Club/Riverside

Le conseil municipal d’Ottawa a donné le feu vert à un projet à forte densité à proximité d’une des intersections les plus dangereuses de la ville.

La firme Taggart souhaite construire notamment un concessionnaire automobile, une tour d’habitation et une résidente pour retraités aux 3930 et 3960 promenade Riverside, à proximité de l’avenue Hunt Club.

L’intersection Hunt Club et Riverside est l’une des plus dangereuses où le taux de collision est l’un des plus élevés avec près de 40 000 voitures qui y circulent quotidiennement.

Le conseiller du quartier, Riley Brockington, croit qu’un développement de la sorte ne fera qu’augmenter le nombre d’usagers de la route dans le secteur.

« Les gros défis qui existent en ce moment seront aggravés et il y a toujours de la congestion », note l’élu du quartier Rivière.

Sa collègue du quartier voisin, Carol Anne Meehan ajoute que cette intersection « ne peut pas en prendre plus » et que la municipalité doit prendre au sérieux les préoccupations des résidents.

« Je ne peux pas appuyer cet aménagement. Ce qu’il faut, c’est s’acquitter de nos responsabilités et alléger le volume de circulation actuel et futur avant d’accepter toute demande d’aménagement, ajoute Mme Meehan. Les gens se demandent à quel moment leur qualité de vie devient une priorité pour la Ville et je pense que c’est une question qui est juste. »

De son côté, l’administration municipale rappelle que la venue du train léger dans ce secteur permettra de désengorger les routes. Le prolongement de la Ligne Trillium doit être achevé en 2022.

Les conseillers Riley Brockington, Diane Deans, Theresa Kavanagh, Carol Anne Meehan et Shawn Menard ont voté contre la demande de changement de zonage.

Feu vert au parc-o-vélo

Par ailleurs, les élus ont approuvé le projet-pilote de parc-o-vélo au parc Andrew-Haydon.

Les automobilistes pourront stationner leur véhicule dans l’un des dix espaces réservés à cette fin afin de poursuivre leur trajet à vélo. Le parc est situé à une dizaine de kilomètres du centre-ville. Un changement de zonage est requis avant de lancer le projet qui doit débuter en 2020.

Dans le cadre du projet-pilote, la municipalité évaluera la popularité du service afin de déterminer si plus de parcs-o-vélo doivent être aménagés. Le projet est évalué à près de 11 000 $.