Les candidats à la mairie d’Ottawa Bruce McConville, Clive Doucet et Hamid Alakozai lors du débat dans le quartier Rideau-Rockcliffe, lundi soir.

Débat électoral: le projet de tunnel déterré

Le projet de tunnel pour relier le pont Macdonald-Cartier à l’autoroute 417 trouve des appuis chez des candidats à la mairie d’Ottawa.

Le dossier a été soulevé lundi soir lors d’un débat des candidats du quartier Rideau-Rockcliffe auquel ont aussi participé trois candidats à la mairie, soir Hamid Alakozai, Clive Doucet et Bruce McConville. Malgré des demandes des organisateurs, le maire sortant et aussi candidat à la mairie, Jim Watson, n’a pas participé à l’événement qui a rassemblé une centaine de personnes.

Le tunnel de 3,4 km permettrait de désengorger les artères du centre-ville des nombreux poids lourds qui circulent du Québec vers l’Ontario, ou l’inverse. Pour le candidat McConville, le fait que la capitale du pays ne dispose pas d’une telle infrastructure est « embarrassant pour une capitale mondiale ».

« C’est un projet qui est attendu depuis très, très, très longtemps », a-t-il résumé.

Clive Doucet croit qu’un tunnel à deux voies, uniquement pour les camions, devrait être envisagé.

« Je crois que le gouvernement fédéral doit s’impliquer avec le financement. Il y a plein de problèmes à Ottawa qui nécessitent la participation du fédéral », a partagé M. Doucet.

Une étude de la Ville d’Ottawa indiquait que le coût d’une telle infrastructure à quatre voies s’élèverait entre 1,7 et 2 milliards $, en dollars de 2015. On évalue que quelque 1700 camions pourraient emprunter le tunnel chaque jour. Jim Watson s’est déjà dit favorable à un tunnel pour relier le pont et l’autoroute 417.

Prévention du crime

La prévention du crime a aussi été discutée lors du débat. Les candidats ont milité pour la police communautaire, une division qui a fait l’objet de coupes afin de rediriger les agents aux appels d’urgence.

« Je crois que davantage de policiers doivent sortir de leur auto-patrouille et se familiariser avec la communauté où ils travaillent. Ils doivent connaître leur quartier et les citoyens doivent connaître leurs policiers. Ils doivent se sentir confortables d’approcher les policiers s’ils possèdent des informations à transmettre », a expliqué le candidat au poste de conseiller municipal dans Rideau-Rockcliffe, Peter Heyck.

Son adversaire, le candidat sortant dans Rideau-Rockcliffe, Tobi Nussbaum, mise entre autres sur l’importance de la prévention du crime en s’attaquant aux racines des problèmes, notamment chez ceux qui sont impliqués dans les gangs de rue.

« Soyons honnêtes. La plupart des crimes impliquent des jeunes hommes. Est-ce qu’on leur donne les opportunités, que ce soit avec les loisirs, l’éducation, l’emploi ? Est-ce qu’on entoure les jeunes hommes vulnérables avec ces types de services qui sont ultimement bien moins chers que ce qu’il en coûterait pour avoir une équipe complète d’agents dans la ville », a expliqué M. Nussbaum.

Le candidat à la mairie Hamid Alakozai mise sur l’importance de stimuler les communautés à devenir meilleures.

« On doit encourager les pères et les mères à parler de choses intéressantes et à inculquer de bonnes valeurs à leur fils et leur fille lorsqu’ils reviennent à la maison afin qu’ils agissent en bons citoyens », a-t-il souligné.

+

LES ÉLECTIONS EN BREF

Larry O’Brien appuie Watson

L’ancien maire d’Ottawa, Larry O’Brien, donne son appui à Jim Watson dans la course à la mairie. M. O’Brien a été maire de la capitale de 2006 à 2010. Il a perdu les élections de 2010 aux mains de M. Watson.

Dans un tweet publié lundi, l’ancien magistrat ajoute que deux conseillers sortants ne doivent pas être réélus. Selon lui, Michael Qaqish dans Gloucester-Nepean Sud et Tim Tierney dans Beacon Hill-Cyrville doivent être remplacés.

***

Le jour « J » dans une semaine

Dans une semaine, les membres du nouveau conseil municipal d’Ottawa seront élus. Déjà plus de 56 000 électeurs se sont prévalus de leur droit de vote.

Le taux de participation du vote par anticipation spécial et du vote par anticipation atteint 9 %. Les électeurs sont appelés aux urnes le 22 octobre. Les 350 bureaux de vote seront ouverts entre 10 h et 20 h et l’emplacement de ceux-ci est indiqué sur l’avis de scrutins.

Les citoyens admissibles qui n’ont pas reçu un avis ou qui ne figurent pas sur la liste électorale peuvent quand même voter. Des formulaires à cet effet seront disponibles dans chaque bureau de vote. Les électeurs doivent fournir une pièce d’identité indiquant leur nom et leur adresse.

Les Ottaviens voteront pour un maire, 23 conseillers municipaux et 37 conseillers scolaires.