Le conseiller du quartier Collège, Rick Chiarelli
Le conseiller du quartier Collège, Rick Chiarelli

De nouvelles sanctions contre Chiarelli ?

Julien Coderre
Julien Coderre
Le Droit
Le conseiller du quartier du Collège Rick Chiarelli pourrait se faire imposer de nouvelles sanctions si le conseil municipal décidait d’accepter les plus récentes recommandations du commissaire à l’intégrité Robert Marleau.

Dans un second rapport déposé vendredi — et daté du 3 novembre dernier — sur des plaintes de comportements inappropriés et de nature sexuelle visant M. Chiarelli, le commissaire recommande notamment aux élus d’imposer une suspension de salaire de six mois au conseiller, de le retirer de « tous les comités et autres conseils, conseils locaux, organismes ou commissions au sein desquels il a été nommé par le Conseil » ainsi que de lui enlever « tous les pouvoirs au regard de l’embauche de personnel ainsi que de l’engagement et de l’approbation de toutes dépenses budgétaires pour le reste de son mandat jusqu’en 2022 ».

« Je conclus que la conduite du défendeur dénote un manque flagrant et choquant de respect à l’égard des plaignantes, un respect qui leur était pourtant dû et qui était exigé de lui en vertu du Code de conduite, écrit le commissaire Marleau dans son rapport. Il s’agit d’incidents de harcèlement incompréhensibles qui correspondent en tout point aux définitions énoncées dans les politiques municipales susmentionnées. »


« Il a abusé de son personnel en lui demandant de s’acquitter de tâches et de fonctions qui n’avaient pas leur place. »
Robert Marleau, commissaire à l'intégrité de la Ville d'Ottawa

Au total, le commissaire à l’intégrité de la Ville d’Ottawa a reçu cinq plaintes officielles qui ont été formulées à l’endroit du conseiller entre le 6 septembre et le 8 octobre 2019. Après s’être penché sur trois de ces plaintes dans un premier document remis au Conseil en juillet dernier, M. Marleau a décidé de s’attarder aux deux autres dans son plus récent rapport. Ces deux plaintes en question ont été déposées respectivement le 16 septembre et le 8 octobre 2019 par deux anciens membres du personnel du bureau du conseiller.

« Il planifiait et mettait à exécution de soi-disant campagnes de recrutement de bénévoles en exploitant la sexualité de ses employées; il a abusé de son personnel en lui demandant de s’acquitter de tâches et de fonctions qui n’avaient pas leur place; il a eu recours à l’intimidation et à des stratagèmes visant à diviser le personnel, notamment des menaces de congédiement et de représailles afin d’obliger les employés à se soumettre à ses demandes », détaille M. Marleau.

Bien que chaque plainte officielle soit de même nature, le commissaire assure que chacune « a été traitée séparément et fait l’objet de conclusions et de recommandations distinctes ».

Rappelons qu'en juillet dernier, le conseil municipal avait adopté à l'unanimité la recommandation du commissaire d'imposer la sanction maximale prévue au Code de conduite à Rick Chiarelli en le privant de salaire pour une durée de neuf mois. Cette fois-ci, le commissaire demande à ce que les six mois supplémentaires de suspension de salaire débutent en mai, soit une fois que la première sanction sera terminée.

Les élus devront maintenant décider s'ils acceptent, ou non, les dernières recommandations du commissaire Marleau.