«Recevoir un honneur louangeant mes efforts pour l'ensemble de ma vie est un peu étrange. Il y a encore tellement de choses à accomplir», a affirmé l'ex-gouverneure générale du Canada, visiblement émue.

De grands honneurs pour Michaëlle Jean

L'ex-gouverneure générale du Canada, Michaëlle Jean, a été honorée à l'hôtel de ville d'Ottawa, lundi, dans le cadre de la célébration de la journée Martin Luther King.
L'envoyée spéciale de l'UNESCO pour Haïti a reçu un prix récompensant «l'ensemble de ses remarquables services rendus avec l'esprit du célèbre militant des droits civiques» des mains de DreamKEEPERS, l'organisme en charge de cette célébration depuis 10 ans.
«Ce moment est très apaisant. Il me fait du bien d'être là, avec vous», a-t-elle déclaré devant environ 200 personnes d'ethnies et croyances diversifiées.
«C'est une très grande reconnaissance que vous apportez à mon travail, aux actions, aux gestes que je pose et aux valeurs aussi qui m'inspirent, qui me poussent à agir. J'en suis sincèrement très touchée. En toute humilité, je reçois ce prix comme un encouragement à en faire plus, toujours plus, toujours mieux et ne plus jamais abandonner. [...] En même temps, j'estime que de recevoir un honneur louangeant mes efforts pour l'ensemble de ma vie est un peu étrange. Il y a encore tellement de choses à accomplir. Parfois, je crois qu'il me faudrait plus d'une vie.»
En Haïti et au pays
Depuis quelques années, l'UNESCO et Mme Jean travaillent aux côtés des autorités haïtiennes afin de renforcer le système d'éducation du pays afin de permettre à un plus grand nombre d'enfants de fréquenter l'école. De plus, la Fondation Michaëlle Jean apporte son soutien aux organismes qui utilisent les arts pour transformer la vie des jeunes et revitaliser les communautés défavorisées à travers le Canada.
«Nous avons vraiment le devoir de saisir toutes les occasions pour amener les jeunes, nos enfants, à s'épanouir pour leur permettre de s'affirmer et prendre une part active à la vie citoyenne. C'est ce que la Fondation Michaëlle Jean s'est donné pour mission en soutenant partout au pays l'engagement social, la créativité et les initiatives citoyennes d'une jeunesse trop souvent marginalisée», a-t-elle fait valoir.
«Nous sommes gardiens d'un rêve beaucoup plus grand que nous, a-t-elle ajouté en faisant allusion à l'héritage de Martin Luther King, ce pasteur noir assassiné à Memphis, en 1968. Et de toutes nos forces, et avec détermination, il faut tout (faire), un geste à la fois, une parole à la fois, pour que la vie triomphe toujours des forces de destruction et des murs de la différence.»
Deux autres «gardiennes du rêve» - l'auteure Heyam Qirbi et la militante pour les droits des Premières Nations, Allison Fisher - ont aussi été honorées pour avoir perpétué les valeurs du révérend King, telles la justice sociale, l'harmonie raciale et les valeurs spirituelles.