Diversité, services en français et développement économique sont au cœur des priorités de Lyse-Pascale Inamuco, candidate à l’élection partielle dans Cumberland.
Diversité, services en français et développement économique sont au cœur des priorités de Lyse-Pascale Inamuco, candidate à l’élection partielle dans Cumberland.

Cumberland: Lyse-Pascale Inamuco veut être la voix des francophones et des minorités

Diversité, services en français et développement économique sont au cœur des priorités de Lyse-Pascale Inamuco, candidate à l’élection partielle dans Cumberland.

«Ma priorité, après ce qu’on a vécu avec la pandémie, c’est le développement économique. C’est au cœur de mon programme politique», affirme Mme Inamuco en entrevue avec Le Droit.

D’origines burundaises, la candidate se présente comme une fière Franco-Ontarienne et ne passe pas par quatre chemins pour signifier son insatisfaction par rapport aux services en français à Ottawa.

«À Orléans par exemple, un lieu fondé par des francophones, on voit encore des commerces qui ne veulent pas avoir l’accent aigu dans leur affichage, soutient Lyse-Pascale Inamuco. C’est le genre de réalité qui me fait du mal et me fait réaliser que nous sommes en constante situation de lutte pour la sauvegarde de nos acquis.»

Mme Inamuco en a également contre certains services en français de la Ville d’Ottawa, notamment durant les séances du conseil municipal où les débats se déroulent «entre 80% et 90% du temps en anglais».

«Je me suis plainte il y a quelques mois des écrans dans le fonds de la salle où sont projetées les présentations. Il y en a un pour l’anglais et un pour le français, mais celui pour le français est coupé un peu et on ne voit pas bien toute l’information, soutient la candidate. Si je ne comprends pas l’anglais, je ne peux rien suivre. Je suis essentiellement exclue de la conversation.»


« Il y a des appels à abolir la police complètement […], mais soyons réalistes toutefois, ça peut ne pas arriver non plus. »
Lyse-Pascale Inamuco

Réformer le service de police

Impliquée auprès d’organismes comme 613-819 Hub Noir, Lyse-Pascale Inamuco estime qu’il faut se pencher sur le rôle de la police à Ottawa, notamment dans la foulée du mouvement «Black Lives Matter».

«Il y a des appels à abolir la police complètement […], mais soyons réalistes toutefois, ça peut ne pas arriver non plus, lance Mme Inamuco. Je vais soutenir les voix qui s’intéressent à l’avenir du service de police, par exemple, et les inviter à travailler ensemble pour trouver des points communs sur lesquels travailler.»

La candidate estime notamment que les services de police sont mal équipés pour intervenir dans des cas de problèmes de santé mentale où leur intervention utilise souvent un «niveau de violence inapproprié». Elle souhaite se pencher sur des modèles alternatifs pour alléger leur tâche en la matière.