Santé publique Ottawa a rappelé à la population que manger en groupe au travail et faire du covoiturage sans porter de masque peuvent contribuer à la propagation de la COVID-19.
Santé publique Ottawa a rappelé à la population que manger en groupe au travail et faire du covoiturage sans porter de masque peuvent contribuer à la propagation de la COVID-19.

COVID-19: les Ottaviens doivent «surveiller leurs angles morts»

Julien Paquette
Julien Paquette
Le Droit
Les résidents d’Ottawa sont invités à surveiller leurs angles morts mardi. Le nombre de collisions routières n’est pas en hausse fulgurante, mais certaines consignes de base pour prévenir la transmission de la COVID-19 ne sont pas toujours pas respectées par certains.

«Les données que nous collectons indiquent que nous avons des angles morts importants, indique la médecin-chef de Santé publique Ottawa (SPO), Vera Etches. Ces angles morts surviennent surtout dans des situations qui ne sont pas couvertes par des lois provinciales, comme celle qui limite la taille des rassemblements ou celle qui impose le port du masque dans les lieux publics.»

La Dre Etches indique que les récentes enquêtes épidémiologiques auprès des personnes qui ont reçu un résultat positif à un test de dépistage ont révélé certaines situations proscrites qui surviennent régulièrement.

La médecin-chef de SPO a donné comme exemple des collègues de travail qui ont l’habitude de manger ensemble, des individus qui optent pour le covoiturage — sans porter de masque — pour se rendre à leur séance de sport d’équipe ou encore des gens qui se rassemblent avec des amis ou des membres de leur famille qui ne partagent pas leur foyer.

«J’encourage tout le monde à surveiller leurs angles morts, soutient Vera Etches. La transmission de la COVID-19 peut survenir en tout temps, si on lui en donne l’opportunité.»

Réouverture de commerces

À moins de deux semaines de la fin des 28 jours de fermeture de lieux publics comme les salles à manger de restaurants, les cinémas et les salles de gym, la Dre Etches indique qu’il est trop tôt pour formuler une recommandation quant à la relance des activités de ces entreprises.

«Si on regarde où la transmission se produit, ça semble être des choses que nous pouvons contrôler sur une base individuelle», explique l’experte en santé publique.

Vera Etches affirme également devoir s’entretenir avec son homologue du Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais (CISSSO) après l’annonce du gouvernement du Québec lundi qui prolonge de 28 jours la fermeture des restaurants en zone rouge

«Il y a toujours la possibilité d’avoir deux approches dans les différentes provinces, mais l’idée pour moi, c’est de limiter le risque de transmission autant que possible à la racine. Pour moi, la racine, c’est les contacts avec des gens à l’extérieur de notre foyer. Si on peut créer une différente approche avec les entreprises pour réduire les risques, on verra. C’est une discussion qu’on doit avoir avec la province», affirme la médecin-chef de SPO.

58 nouveaux cas

SPO dit avoir répertorié 58 résultats positifs à un test de dépistage de la COVID-19 au cours des 24 dernières heures.

Pour la première fois depuis jeudi dernier, le nombre de cas actifs connus du virus à Ottawa est en baisse mardi. On compte désormais 706 personnes diagnostiquées avec le nouveau coronavirus qui ne sont toujours pas considérées comme guéries, soit sept de moins que lundi. De ce groupe, 44 individus sont hospitalisés, dont quatre qui se trouvent aux soins intensifs.

SPO rapporte également une éclosion de la COVID-19 dans 74 établissements d’Ottawa, incluant l’Hôpital Montfort, l’Hôpital d’Ottawa, le Centre de détention d’Ottawa-Carleton, 16 foyers de soins de longue durée et cinq écoles. La liste complète des endroits aux prises avec une éclosion est disponible sur le tableau de bord mis à jour quotidiennement par SPO