Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le gouvernement de Doug Ford a annoncé de nouvelles mesures de lutte contre la COVID-19, lundi.
Le gouvernement de Doug Ford a annoncé de nouvelles mesures de lutte contre la COVID-19, lundi.

COVID-19: le maire Watson contre le nouveau confinement de 28 jours

Ani-Rose Deschatelets
Ani-Rose Deschatelets
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Santé publique Ottawa (SPO) et le maire d’Ottawa, Jim Watson, s’opposent au nouveau confinement total de 28 jours de la région dès le 26 décembre, tel qu’annoncé par le gouvernement de Doug Ford lundi.

«Aujourd'hui à Ottawa, on sent la noirceur», a lancé la médecin hygiéniste en chef de SPO, la Dre Vera Etches. Le gouvernement de Doug Ford a annoncé lundi le confinement total de l’Ontario dès le 26 décembre pour une période de 14 jours. Pour les villes et les régions du sud de la province, comme Ottawa, ce confinement sera prolongé pour atteindre 28 jours au total. «Je suis déçue de la décision du gouvernement provincial d’appliquer un confinement de 28 jours à Ottawa, et j’ai demandé à la province de reconsidérer un confinement de deux semaines», a indiqué la Dre Etches.

«Cet automne, nous avons vu un déclin des éclosions et des hospitalisations à Ottawa. Même si nous ne sommes plus en déclin, le niveau de COVID-19 dans notre communauté demeure stable. [...] Les mesures proposées devraient être aussi courtes que possible, compte tenu des indicateurs COVID.» 


« Ça aura probablement un effet dévastateur sur notre économie locale. »
Le maire d'Ottawa, Jim Watson

Selon le maire d'Ottawa, Jim Watson, le gouvernement aurait dû prendre en considération son code de classification par couleurs qui représente davantage la réalité des régions et des données sur le terrain. «Il n’y a pas de données pour appuyer cette décision», a-t-il affirmé, expliquant qu'un confinement de seulement deux semaines au nord de la province crée un double standard. «L’annonce provinciale aujourd’hui fait complètement fi des résidents d’Ottawa et des petites entreprises qui suivent assidûment les consignes. La province établit les règles, nous les suivons. Ils ajustent les règles, nous suivons les nouvelles règles, ils les changent encore. Ça aura probablement un effet dévastateur sur notre économie locale», ajoute-t-il, en précisant qu’Ottawa a pourtant les meilleures données liées à la COVID-19 des régions en zone «Orange» de la province.

Le maire Jim Watson

Jim Watson a indiqué espérer parler au gouvernement provincial au cours des prochaines heures pour les convaincre de faire marche arrière et d’opter pour un confinement de 14 jours. «C’est mon but de continuer de parler pour les petits commerces, les citoyens et les employés d’Ottawa. Pour le moment notre position est vraiment claire. On pense que ce n’est pas une décision correcte pour la ville.»

Éviter l’affluence de Québécois 

En point de presse, le premier ministre Ford a souligné à maintes reprises les efforts fructueux d’Ottawa dans les dernières semaines pour diminuer et stabiliser le virus dans la région. Cela dit, le premier ministre a précisé que la proximité avec l’Outaouais constituait une des raisons pour laquelle Ottawa serait placée en confinement pour 28 jours. Sans quoi, il dit craindre un afflux de Québécois qui viendraient fréquenter les commerces ottaviens, alors que les leurs ont dû fermer à cause des restrictions en zone rouge. À cet effet, contrairement à Doug Ford, Jim Watson dit ne pas avoir constaté d'affluence importante des résidents du Québec à Ottawa jusqu’à présent. «Nous n’avons aucune preuve tangible de ça, que ce soit du côté d’Ottawa, ou vice et versa», avance-t-il. 

Pas de nouveau décès à Ottawa

Par ailleurs, la capitale fédérale enregistre en effet une hausse de 31 nouveaux cas de COVID-19 en 24 heures, dont 378 sont actuellement actifs. SPO n’enregistre cependant aucun nouveau décès, permettant au bilan des victimes de demeurer stable, à 389 décès. 

Dix-neuf personnes sont hospitalisées pour traiter des symptômes de la maladie, mais personne ne se trouve aux soins intensifs pour la troisième journée consécutive.  

Au niveau des éclosions dans les établissements de soins de santé ou dans des écoles, 21 sont toujours en cours. Parmi celles-ci, on dénombre entre autres sept foyers de soins de longue durée, sept maisons de retraite, l’Hôpital Montfort ainsi que deux écoles élémentaires. Une liste mise à jour quotidiennement de tous les endroits où une flambée est répertoriée peut être consultée sur le site de SPO.