La clinique de dépistage de la COVID-19 du complexe récréatif Ray-Friel à Orléans est fin prête à recevoir la population.
La clinique de dépistage de la COVID-19 du complexe récréatif Ray-Friel à Orléans est fin prête à recevoir la population.

COVID-19: la fin des files d’attente à Ottawa

Julien Paquette
Julien Paquette
Le Droit
La situation du dépistage de la COVID-19 s’est stabilisée dans la capitale fédérale. Non seulement les longues files d’attente à l’extérieur des centres de dépistage se sont volatilisées, il y a même de la capacité pour voir davantage de résidents, soutient la médecin-chef de Santé publique Ottawa (SPO), Vera Etches.

« On peut se permettre de le rappeler, il n’y a plus de files d’attente. Le dépistage est disponible pour vous lorsque vous avez de la fièvre, une toux, un mal de gorge ou un nez qui coule », a lancé la Dre Etches en conférence de presse cette semaine.

« On vous encourage à aller voir sur le site de Santé publique Ottawa. Toutes les cliniques sont là. Celles de Montfort sont aussi sur le site web de l’hôpital. Sans aucun doute, vous allez être en mesure de prendre un rendez-vous pour la journée même », affirme de son côté la gestionnaire du nouveau centre de dépistage d’Orléans, Stéphanie LaPlante.

La médecin-chef de SPO cible un ensemble de facteurs pour expliquer ce changement drastique, notamment la décision du gouvernement provincial de restreindre l’accès au dépistage pour les personnes qui ont des symptômes de la COVID-19 ou qui sont entrées en contact avec une personne diagnostiquée.

Le fait que les enfants qui n’ont plus besoin de se faire tester pour un nez qui coule avant de pouvoir retourner en classe a également grandement aidé à diminuer la pression sur les équipes de dépistage, ajoute Vera Etches.

La clinique de dépistage de la COVID-19 du complexe récréatif Ray-Friel, à Orléans.

Enlever des barrières

Dans ce contexte, l’ouverture d’un nouveau centre de dépistage à Orléans en début de semaine peut en faire sourciller certains.

« La priorité, c’est que toute la population ait accès au dépistage. On veut éliminer les barrières pour l’accès au dépistage. Nous continuons notre travail dans les différents quartiers pour aider les gens à y avoir accès s’ils en ont besoin. Avec nos partenaires, c’est une priorité », a toutefois répondu le Dre Etches plus tôt cette semaine.

Mme LaPlante souligne de son côté que l’Hôpital Montfort — qui opère le centre de dépistage d’Orléans — est en recrutement constant pour assurer que les services soient accessibles le plus facilement possible, ainsi que le bon fonctionnement de l’hôpital.

« On a beaucoup de postes plus administratifs. Des commis, par exemple, c’est un besoin. Des infirmières, c’est certain que c’est toujours quelque chose que l’on cherche, explique Stéphanie LaPlante. Si vous rencontrez les exigences d’un poste qui est affiché à Montfort, on vous encourage fortement à postuler. »