Les membres du conseil municipal ont débattu sur la gestion des déchets de plastique.

Connaître les bonnes pratiques pour les plastiques à usage unique

La Ville d’Ottawa doit se positionner en matière de réduction des produits de plastique à usage unique, croit le président du Comité de l’environnement et de la protection climatique David Chernushenko.

La gestion des déchets de plastique sera un enjeu électoral, croit le conseiller du quartier Capitale.

«On va tous recevoir des questions d’un peu partout pour connaître notre position sur l’interdiction. Les gens vont vouloir savoir si on est pour ou contre l’interdiction des bouteilles, des pailles ou des sacs de plastique, soutient M. Chernushenko. On est mieux comme conseil de montrer qu’on a lancé un processus pour mieux comprendre et avoir une meilleure idée des bonnes pratiques.»

Les membres du conseil municipal ont débattu de la question lors de la réunion de mercredi pour finalement poser des questions sur la gestion des déchets en général à Ottawa. 

À la lumière des discussions, l’important est de connaître les limites de ce qui est régi par la Ville, croit M. Chernushenko.

«La question de la gestion des déchets est compliquée et le fait qu’on a plusieurs niveaux de gouvernement qui s’en mêlent ça complique les choses, soutient-il. [...] J’aimerais mieux comprendre et j’espère que dans le rapport il y aura ce qui fait partie du domaine de la ville pour savoir ce qu’on peut faire.»

Le personnel de la Ville ne croit pas avoir le pouvoir d’interdire l’utilisation des produits de plastique à usage unique comme c’est le cas dans d’autres villes canadiennes. Par exemple, Vancouver et Montréal interdisent l’utilisation de sacs en plastique.

«On peut dire qu’on est en retard, concède le conseiller Chernushenko. Mais la réalité c’est qu’à Vancouver ils ont le droit de le faire. Nous, il faudrait faire une demande au gouvernement provincial pour avoir le mandat de le faire.»

De son côté, la conseillère Jan Harder croit que la Ville doit prendre la bonne approche afin d’apporter des modifications. Elle rappelle que 70 % des déchets produits à Ottawa proviennent des secteurs industriels et commerciaux, qui sont régis par la province.

«J’espère que les discussions seront plus vastes que ce que j’entends ici», s’est indignée la conseillère du quartier Barrhaven. 

Les membres du conseil demandent au personnel de faire des recherches sur les pratiques exemplaires et les programmes adoptés par d’autres villes afin de réduire l’utilisation de produits de plastique à usage unique, comme les pailles, les sacs  et les contenants de commandes à emporter. 

Les conclusions doivent être dévoilées dans le cadre d’un rapport sur le réacheminement des déchets qui sera présenté en 2019.

La motion, qui a été approuvée par le conseil, demande également au personnel de participer à la consultation fédérale sur le problème des déchets de plastique dans une perspective municipale.