Construction Parc Lansdowne, OttawaPATRICK WOODBURY, LeDroit

Circulation et stationnement près de Lansdowne: Ottawa réfléchit

Le flux de circulation et la nécessité de stationnements près du nouveau site du parc Lansdowne continuent d'inquiéter les résidents des quartiers environnants. Toutefois, la Ville d'Ottawa se contente d'attendre avant d'instaurer des stratégies qu'elle pourrait regretter.
Même si plusieurs associations communautaires locales ont participé aux discussions du comité consultatif sur la surveillance du transport au parc Lansdowne, très peu de leurs recommandations, pour la plupart « simples et peu coûteuses », ont été retenues. Ils ont été mis en veilleuse, déplore Brian Mitchell de l'Association communautaire du Glebe.
« Toute personne habitant dans une rue résidentielle près d'un site où il y a un cinéma de 10 écrans, plusieurs nouveaux commerces et des événements majeurs seront préoccupés par l'impact de la circulation, a-t-il fait valoir. Les résidents ne veulent pas que ces endroits deviennent d'immenses parcs à stationnement. Il faut agir au lieu de se contenter de surveiller la situation. »
M. Mitchell propose que la Ville impose des restrictions au stationnement dans un rayon de deux à trois pâtés de maisons près du parc Lansdowne. La pratique est commune ailleurs dans la municipalité, dit-il, alors pourquoi pénaliser les résidents du Glebe ? Ce dernier propose aussi de fermer l'avenue Holmwood, une route étroite adjacente au site, le jour de grands événements pour éviter des bouchons.
À la Ville, on soutient qu'il est prématuré d'imposer de telles mesures.
« Nous préférons attendre et évaluer l'impact de la circulation avant d'agir. Peut-être qu'il n'y aura pas problème au bout du compte, a soutenu Philippe Landry, directeur de la gestion de la circulation et du soutien opérationnel de la municipalité. Par le passé, nous avons parfois agi de manière proactive pour devoir finalement revenir à la table à dessin. »
Des impacts au quotidien
Le conseiller du quartier, David Chernushenko, suggère lui aussi des solutions pour régler le problème de la circulation au parc Lansdowne. Le premier match de football du Rouge et Noir est prévu le 18 juillet prochain.
« Ce n'est pas juste une question de circulation pendant les événements majeurs. Il y aura un impact sur le quotidien de ces résidents en raison du va-et-vient continuel des véhicules. Certains de ceux-ci comptent sur du stationnement dans les rues et seront pénalisés. Comment expliquer qu'on leur retire ce droit ? [...] Il faut implanter des restrictions sur certaines rues environnantes », croit-il.
L'échevin a même plaidé pour la construction plus rapide d'un pont piétonnier au-dessus du canal Rideau afin de relier la rue Clegg et l'avenue Fifth. « Je suis conscient que ce n'est pas le meilleur moment pour proposer un tel pont, a-t-il mentionné en faisant allusion au fiasco entourant la passerelle piétonnière près de l'aéroport d'Ottawa. Mais nous avons réussi dans le passé et j'estime qu'on peut réussir à nouveau. »
Pour l'heure, la Ville envisage de construire une telle structure d'ici six à 10 ans. Le coût actuel du projet est estimé à 13 millions $.
« Il faut créer de nouvelles façons de se rendre dans le Glebe, sans qu'elles soient concentrées sur la rue Bank », a-t-il insisté.
M. Chernushenko souhaite également des améliorations au pont de la rue Bank pour faciliter l'accès des cyclistes au site.