Le conseiller Rick Chiarelli assiste au conseil en chaise roulante.

Chiarelli ne veut plus de congé de maladie

De retour à la table du conseil municipal mercredi, le conseiller du quartier Collège, Rick Chiarelli, n’entend pas demander à nouveau un congé de maladie, même s’il se remet toujours d’une opération à cœur ouvert.

M. Chiarelli a quitté la salle du conseil une vingtaine de minutes après le début de la réunion et n’a pas répondu aux questions des journalistes à sa sortie. Son épouse, Lida, a toutefois publié un message en son nom sur Twitter quelques minutes plus tard.

«Il a l’impression qu’il doit faire ce qui est nécessaire pour garder son siège, qu’il le doit à ses électeurs, écrit-elle. Il n’a aucune confiance qu’une autre demande de congé de maladie serait évaluée objectivement, considérant les actions du conseil, du maire et du greffe dans les derniers mois, notamment que les trois notes du médecin envoyées précédemment n’ont pas été acceptées.»

Le maire d’Ottawa, Jim Watson, se désole que l’incertitude continue de planer autour de la participation de Rick Chiarelli aux activités dans le cadre de ses fonctions de conseiller municipal.

«Ça place ses électeurs dans une position insoutenable. De ce que je comprends, il approuve des trucs ici et là à travers les employés de son bureau, mais ce n’est pas la même chose qu’avoir une voix à la table du conseil», soutient M. Watson.

L’automne dernier, les conseillers des quartiers voisins, Allan Hubley et Scott Moffatt, ont aidé temporairement M. Chiarelli à accomplir ses fonctions, pour assurer une représentation politique pour les résidents du quartier Collège. Après le retour de l’élu à la table du conseil en novembre dernier, le conseil a toutefois soulagé les deux hommes de ce fardeau.

Jim Watson encourage Rick Chiarelli à présenter une nouvelle demande de congé prolongé, pour lui éviter d’avoir à se présenter au conseil municipal tous les trois mois.

Les élus de la Ville pourraient également veiller à ce qu’il soit remplacé adéquatement.

«Mon impression, c’est qu’avec le temps qu’il a passé à l’Institut de cardiologie, il y aurait une volonté du conseil de lui octroyer ce congé médical», soutient le maire d’Ottawa.