Le Château Laurier fait couler passablement d'encre depuis plus de deux ans.

Château Laurier: Larco Investments fait appel d'une décision au dernier instant

Un nouveau chapitre s’écrit dans la saga entourant l’agrandissement du Château Laurier alors que la firme propriétaire de l’hôtel centenaire interjette appel de la décision rendue le mois dernier par le Comité de dérogation de la Ville d’Ottawa.

Capital Hotel Limited Partnership, filiale de l’entreprise Larco Investments, a déposé «un appel officiel auprès du Tribunal d’appel de l’aménagement local (TAAL), a spécifié la porte-parole de Larco et présidente de Momentum planification urbaine et communications, Suzanne Valiquet. 

L’entreprise a attendu au dernier instant pour annoncer ses couleurs puisque ce jeudi était la date limite pour décider de faire appel de cette décision rendue le 27 septembre dernier. 

Les parties sont maintenant en attente d’une date d’audience, dit-on.

Rappelons que le Comité de dérogation de la Ville a refusé une partie du projet de construction d’une annexe controversée au Château Laurier, à peine une semaine après que le conseil municipal ait donné le feu vert à l’agrandissement de l’immeuble érigé en 1912 à l’issue d’un vote serré de 13 contre 10. 

La dérogation mineure demandée par Larco Investments était essentiellement pour autoriser une réduction d’espace entre l’annexe du Château Laurier et le parc Major, et ce, dans le but d’inclure une passerelle piétonnière entre l’édifice et le terrain détenu par la Commission de la capitale nationale.

Dans sa décision, le Comité de dérogation soutient que cette demande du promoteur nécessiterait davantage qu’une dérogation mineure, si bien qu’il pourrait être forcé de présenter de nouveaux plans. 

«Le Comité est d’avis que l’approbation de la variation (b) permettrait une nouvelle construction qui ne respecte pas le paysage et le caractère patrimonial des propriétés historiques entourant le site, principalement celles du canal Rideau, du parc Major et de la Cité parlementaire», peut-on lire dans la décision. 

Larco Investments avait donc trois options possibles: arrêter le projet d’agrandissement, faire une nouvelle soumission ou encore aller en appel de la décision.

Dans ce dossier, rappelons également que l’organisme Patrimoine Ottawa a déposé une poursuite à la Cour supérieure de l’Ontario pour contester la décision du conseil municipal. 

La plus récente esquisse du projet de Larco Investments, la cinquième proposée en l’espace de deux ans et demi, comprend entre autres un bâtiment de sept étages construit à l’arrière de l’immeuble actuel, une cour intérieure, 147 chambres et un stationnement intérieur de quatre étages.

Autrefois appelé la Commission des affaires municipales de l’Ontario, le TAAL est un tribunal administratif indépendant chargé d’entendre les appels relativement à divers contentieux municipaux. Ses membres sont désignés par le lieutenant-gouverneur et «incluent généralement des avocats, des architectes, des aménageurs et des administrateurs publics». C’est entre autres vers celui-ci que s’est tourné le groupe SOS Vanier dans le controversé projet de construction d’un refuge de 350 lits de l’Armée du Salut, dans le secteur Vanier.