Ryan Evans a distribué lundi des chaussettes aux itinérants dans le marché By dans le cadre d’une campagne de prévention concernant l’usage des opioïdes.

Campagne anti-opioïde dans le marché By

Des itinérants à Ottawa se sont vus remettre lundi une paire de bas neuve dans laquelle étaient insérées des fiches d’information sur les surdoses et sur la loi du bon samaritain.

L’activité Réchauffer les pieds, réchauffer les coeurs organisée par le Conseil consultatif des clients de Champlain (CCCC), s’est déroulée en après-midi dans le marché By.

C’était la deuxième fois en quelques mois que l’organisation menait cette activité de distribution de bas auprès de sans-abri, des personnes souventes fois aux prises avec des problèmes de toxicomanie.

Le président du CCCC, Ryan Evans, a précisé que les personnes vivant des problèmes de dépendance sont souvent seules, isolées, et qu’il faut établir une communication avec elles.

« Nous tentons d’établir une connexion avec ces gens, pas de leur lancer une paire de bas. Nous tentons de les regarder dans les yeux, on les reconnaît en tant qu’êtres humains et on leur parle des risques associés aux opioïdes », a expliqué M. Evans, qui en est à sa cinquième année de sobriété.

« Ce qu’on apprend de ces hommes et ces femmes est qu’ils se réaniment déjà entre eux à un rythme fou. La vraie raison pourquoi ils meurent d’une surdose d’opioïde est parce qu’ils prennent le naloxone, ils se réaniment, ils ne vont pas à l’hôpital, ils ressortent dans la rue, ils consomment à nouveau, et lorsque le naloxone ne fait plus effet, ça les frappe de plein fouet », a expliqué M. Evans.

La première édition de l’activité avait permis de distribuer quelque 250 paires de bas. Lundi, l’organisation avait quelque 400 paires à sa disposition provenant de dons. Si une personne demandait une deuxième paire, elle pouvait lui être remise à la fin de l’événement s’il en restait encore.

La loi du bon samaritain, a rappelé M. Evans, permet à des gens de rester près d’une personne en surdose sans crainte de représailles par la police.

L’autre document inséré avec les bas parle des signes avant-coureurs d’une surdose et quoi faire auprès d’une personne en état de surdose.