Jim Watson accueille favorablement le premier budget du gouvernement Ford.

Budget ontarien: un accueil favorable d’Ottawa et de l’AFO

Le maire d’Ottawa, Jim Watson, accueille favorablement le premier budget du gouvernement Ford tandis que l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO) le qualifie de «sans vague pour les francophones».

Sans vague parce que le budget Fedeli ne contient pas à première vue des coupes disproportionnées à l’endroit des francophones. Ces dernières, soit l’abolition du Commissariat aux services en français et l’abandon du projet de l’Université de l’Ontario français, avaient été annoncées à l’automne 2018.

«C’est un budget qui contient beaucoup de généralités, et il faudra avoir plus d’informations pour savoir comment ça peut nous affecter les francophones. Il y a quelques bons éléments au chapitre de la santé mentale où on parle de priorité pour la francophonie et les autochtones», a notamment réagi le président de l’AFO, Carol Jolin.

L’AFO se réjouit de voir le Programme d’appui à la francophonie ontarienne (PAFO) et son budget d’un million $ être reconduits par le gouvernement progressiste-conservateur. Le PAFO, qui vise à la promotion des activités culturelles et communautaires, sera toutefois élargi pour contenir un volet économique.

À LIRE AUSSI: Les conservateurs ne visent pas le déficit zéro

>>> Encore beaucoup d'incertitude pour les Franco-Ontariens

«Ça va faire plus de gens qui feront des demandes (d’aide financière) pour une tarte qui est la même. Ça aurait été bien qu’ils majorent le programme en le ramenant. Mais c’est un million que nous n’avions plus et que nous sommes contents de revoir», a noté M. Jolin.

Le budget du ministère des Affaires francophones a été amputé de 3,3 %, soit environ le même ordre de grandeur que les enveloppes d’autres ministères. Cette décision de couper 200 000 $ au budget du ministère n’est donc pas une surprise.

La députée libérale fédérale d’Ottawa-Vanier, Nathalie Des Rosiers, affirme que les coupes en éducation par attrition auront des conséquences négatives sur la francophonie ontarienne.

«Il nous manque déjà des professeurs dans les écoles francophones. Il nous manque des professeurs dans les programmes d’immersion dans les conseils scolaires anglophones. Dans la mesure où le gouvernement veut éliminer des postes de professeurs, ça va nous empêcher de remplir tous les besoins», a-t-elle expliqué.

Ville d’Ottawa

Le gouvernement de l’Ontario investit 25 millions $ sur quatre ans pour aider la police de Toronto dans sa lutte contre les armes à feu et les bandes criminalisées. Le budget Fedeli accorde un financement de deux millions $ cette année pour ce même combat que mène le Service de police d’Ottawa (SPO).

«Nous espérons que ce montant sera disponible pour la Ville d’Ottawa lors des quatre prochaines années, tel que pour le Service de police de Toronto», a souhaité le maire Watson.

Jim Watson s’est aussi dit heureux de voir que le budget provincial comprendra du financement dédié à la conception et à la construction du nouvel Hôpital Civic, et pour le Centre de traitement pour enfants au campus du Centre hospitalier pour enfants de l’est de l’Ontario (CHEO). Dans ce dernier cas, l’ancien gouvernement avait promis 105 millions $ pour la construction d’un nouveau pavillon pour les soins intégrés au CHEO.

Toronto a aussi confirmé son engagement d’accorder 1,208 milliard $ pour la réalisation de l’étape 2 du train léger d’Ottawa. Mercredi, le gouvernement annonçait son intention d’accorder 28,5 milliards $ pour le prolongement du métro de Toronto. Il faut donc s’attendre à ce que le maire Watson accentue la pression sur la province pour le financement de l’étape 3 du train léger.

«Le premier ministre a démontré clairement l’importance qu’accordent les ordres supérieurs de gouvernement au financement des projets transformateurs de transport en commun et d’infrastructures nécessaires à la rénovation urbaine et au développement économique. Cette nouvelle tombe à point, alors que nous préparons la prochaine phase du train léger en vue de répondre à la demande croissante de transport en commun à Barrhaven, Kanata et Stittsville», a indiqué M. Watson.