Environnement Canada a autorisé le déplacement d’une vingtaine de mètres du nid et des quatre oeufs pondus par le pluvier kildir.

Bluesfest: le nid d’oiseau déplacé

L’organisation du Bluesfest d’Ottawa a obtenu l’aval d’Environnement Canada pour déplacer le nid et les œufs de pluvier kildir, un oiseau migrateur protégé, qui se trouvaient à l’endroit où doit être érigée la scène principale du festival.

Visiblement soulagé que le dossier ait pu se régler rapidement, le directeur général de l’événement, Mark Monahan, a brandi le permis délivré par le ministère fédéral lors d’un point de presse mardi en fin d’après-midi.

Les quatre œufs seront déplacés une vingtaine de mètres plus à l’ouest sur le site des plaines Le Breton, à un endroit où a été aménagé un autre nid avec de l’herbe, des roches et de la terre. La délicate opération devait en principe avoir lieu mardi en soirée si tout se passait comme prévu.

« On a trouvé quelqu’un qui provient de Mendin [une municipalité à mi-chemin entre Toronto et North Bay] et qui a une licence du fédéral pour faire ça avec les oiseaux migrateurs. Espérons que le processus sera complété demain [mercredi] matin et qu’on pourra continuer à aménager le site » a-t-il mentionné.

On ignore quand les œufs vont éclore. Selon la Fédération canadienne de la faune, la période d’incubation du pluvier kildir dure normalement de 24 à 26 jours et les oisillons mettent de 18 à 36 heures à briser leur coquille.

Advenant que les parents abandonnent le nid une fois qu’il sera déplacé, les œufs seront placés par la spécialiste dans un incubateur et écloront dans celui-ci.

Rappelons que les travaux d’installation de la scène du Bluesfest sont suspendus depuis samedi après qu’on ait découvert que ce petit oiseau avait fait son nid sur un sentier asphalté. Un périmètre de sécurité avait alors été érigé autour du nid.

M. Monahan estime que le retard engendré par cette situation « tout à fait particulière » pourra maintenant être rattrapé sans problème dans les jours à venir.

« Ce n’est pas l’idéal, mais je pense qu’on dispose d’assez de temps. On devra travailler des heures supplémentaires », a-t-il spécifié.

Le gestionnaire affirme par ailleurs ne pas être inquiet que les préparatifs puissent prendre encore du retard dès cette fin de semaine alors qu’une intense canicule est prévue et que les températures ressenties pourraient franchir la barre des 45°C.

« Évidemment, le festival a lieu en juillet alors on fait parfois face à de la météo extrême. Nous sommes très conscients que nos travailleurs doivent travailler en toute sécurité. Les premiers soins seront ici et on s’assure que tout le monde s’hydrate suffisamment », soutient-il.

Le Bluesfest aura lieu du 5 au 15 juillet.