Le maire d'Ottawa, Jim Watson, est d’avis qu’un projet de loi gouvernemental aura plus de poids qu’un projet de loi privé comme celui déposé par la députée Nathalie Des Rosiers à la fin du printemps dernier.

Bilinguisme: «Une belle victoire», dit Watson

Le maire Jim Watson se réjouit du dépôt mardi d’un projet de loi à Queen’s Park qui enchâsserait le règlement sur le bilinguisme de la capitale fédérale dans la Loi sur la Ville d’Ottawa.

« C’est une belle victoire pour les francophones, mais également les francophiles et les anglophones. Ça donne la garantie qu’un autre maire, dans le futur, ne pourra pas réduire le niveau de services offerts en français, alors je suis très content », a-t-il commenté.

Il rappelle qu’il est d’avis qu’un projet de loi gouvernemental aura plus de poids qu’un projet de loi privé comme celui déposé par la députée Nathalie Des Rosiers à la fin du printemps dernier.

Le premier magistrat ne nie pas qu’il est « probable » que les organisations francophones continueront à exiger que la Ville devienne officiellement bilingue, mais répète que la politique actuelle répond aux besoins.

« Je suis fier de notre politique de bilinguisme et j’ai reçu des courriels et des messages sur Twitter de plusieurs groupes et personnes dont Ottawa Ville Bilingue qui se disaient satisfaits de la décision de la province. La vérité, c’est qu’Ottawa est une ville bilingue. Mon but est de continuer d’améliorer les services en français, par exemple ceux offerts dans le transport en commun et les centres récréatifs. Il y a aussi le service de traduction. C’est ma priorité », lance M. Watson.