M. Watson réfute catégoriquement les insinuations selon lesquelles sa position est faite sur mesure pour ne pas choquer une frange de la population, portée à critiquer les coûts financiers associés au bilinguisme.

Bilinguisme: le maire Watson garde le cap

Si l'idée de faire d'Ottawa une Ville officiellement bilingue ne veut pas mourir, l'actuel maire de la capitale, Jim Watson, ne souhaite toujours pas en entendre parler.
La récente mobilisation de militants francophones de longue date n'arrivera pas à le faire changer d'avis. La politique de bilinguisme de la Ville d'Ottawa fonctionne et elle est efficace, a-t-il martelé, hier, comme chaque fois qu'il en est question.
« Comme je l'ai toujours dit, je pense que nous avons une politique sur le bilinguisme qui marche bien », soutient-il.
Le Mouvement pour une capitale du Canada officiellement bilingue, lancé la semaine dernière, réclame que le français et l'anglais aient un statut d'égalité à temps pour célébrer le 150e de la Confédération, en 2017.
« Une Ville officiellement bilingue. Mais pour quoi faire ? », a-t-il questionné.
« Quelle est la différence entre notre politique (linguistique) et le bilinguisme officiel ? s'est-il interrogé. Qu'est-ce que la communauté voudrait de plus que nous n'offrons (pas) déjà ? Je pense que nous avons une politique meilleure que celle du gouvernement fédéral. »
M. Watson réfute catégoriquement les insinuations selon lesquelles sa position est faite sur mesure pour ne pas choquer une frange de la population, portée à critiquer les coûts financiers associés au bilinguisme.
Le maire rappelle avoir appuyé sans réserve la politique linguistique de la Ville d'Ottawa de tout temps, à Queen's Park en tant que député, ou à Ottawa dans le rôle de premier magistrat.
Même d'un point de vue symbolique, les 150 000 francophones d'Ottawa n'ont rien à gagner d'un statut officiellement bilingue pour leur Ville, selon lui.
« Je pense que c'est plus important d'avoir des politiques concrètes que seulement un symbole », dit-il. Chaque jour j'essaie d'envoyer le message que j'appuie notre politique de bilinguisme. Ce n'est pas parfait, mais je pense que la plupart du temps, elle est bien connue des employés et de la population. »
Le Sommet des États généraux de la francophonie d'Ottawa, tenu en novembre 2012, avait décrété le bilinguisme officiel de la Ville d'Ottawa comme ultime priorité pour la communauté.