Le contenu des bacs verts ne fait toujours pas l’unanimité à Ottawa.

Bacs verts à Ottawa: les sacs en plastique refont surface

Le contenu des bacs verts ne fait toujours pas l’unanimité à Ottawa. Près d’un an après avoir eu des discussions à ce sujet, les membres du Comité permanent de la protection de l’environnement, de l’eau et de la gestion des déchets souhaitent que la municipalité mette sur pause le projet d’autoriser les sacs en plastique à usage unique dans le compost.

Le vice-président du Comité, Shawn Menard, a présenté un avis de motion afin que la Ville attende les résultats des études sur l’utilisation des sacs en plastique dans les bacs verts avant d’aller de l’avant avec la mesure.

« Nous n’avons pas la preuve, pour le moment, que ça va permettre d’augmenter l’utilisation du bac vert », soutient le conseiller du quartier Capitale.

Ce dernier ajoute que d’autoriser les sacs en plastique pourrait avoir un effet négatif. 

« Je ne pense pas que c’est la meilleure façon de contrôler notre utilisation des sites d’enfouissement et au bout du compte on pourrait se retrouver avec une hausse au niveau de l’utilisation des sacs en plastique », ajoute-t-il

En mars dernier, le conseil avait voté en faveur d’un nouveau contrat avec Orgaworld qui permet aux Ottaviens de déposer des sacs de plastique contenant des résidus alimentaires ou des excréments de chiens dans leur bac de compostage. Cette mesure devait permettre d’augmenter le niveau de participation des citoyens au programme des bacs verts. L’an dernier, la Ville estimait que 40 % des Ottaviens compostaient et voulait faire bondir cette donnée à 63 % dans un horizon de cinq ans.

La nouvelle réglementation devait entrer en vigueur dès cet été. 

Un plan pour les arbres centenaires

Par ailleurs, le Comité a adopté une motion donnant une directive aux fonctionnaires d’élaborer un plan pour aider les résidents qui sont pris avec des souches d’arbres sur leurs propriétés depuis le passage des tornades en septembre dernier. Ce plan doit être présenté en avril prochain, juste à temps pour le retour du beau temps.

« Notre but, c’est d’arriver avec un plan qui va offrir un support financier aux résidents qui sont pris avec ce problème. Nous avons de bonnes discussions, mais rien n’est encore finalisé », explique le conseiller Keith Egli qui représente entre autres le quartier Arlington Woods qui a été durement touché lors du passage des tornades.

Il ajoute que la province a décliné la demande de la ville d’offrir un support financier pour cette problématique. 

Plusieurs arbres de près de 150 ans sont tombés dans ce secteur de la ville laissant des souches énormes joncher les terrains. Les compagnies d’assurance ne couvrent pas les frais pour les retirer et les citoyens ont interpellé leur conseiller. 

« Ce sont des arbres  gigantesques. Nous avons affaire à des souches qui sont aussi grosses qu’une table à dîner par exemple. Certains en ont plus d’un sur leur terrain et ça représente des sommes énormes », ajoute M. Egli.